En Italie, les lentilles sont le porte-bonheur du jour de l’an et cela depuis l’époque romaine

Manger des lentilles et du Cotechino, une tradition qui existe pratiquement dans toute l’Italie. Un plat qui porterait fortune si on en mange le jour de l’an et qui remonte au temps des Romains.

 

Sur la table du réveillon, ou le jour de l’an, dans les maisons ou dans les restaurants, difficile d’échapper à la tradition des lentilles de la nouvelle année en Italie. Déjà au temps des Romains, les lentilles, premier légume cultivé de l’histoire, se trouvaient sur les tables le jour du solstice d’hiver.

Peut-être que cette année il n’y aura pas de grand repas familial à cause du Covid mais on ne peut pas se passer des lentilles.

Les Romains offraient des lentilles qui remplaçaient la viande. Leur couleur dorée et leur forme ronde rappelaient la forme des pièces de monnaie et représentaient un investissement, une sorte de porte-bonheur, arrivé jusqu’à nos jours.

Du Nord au Sud, ce sont les "Nonne" italiennes qui transmettent encore la tradition de la préparation de ce plat. A 82 ans, Paola en prépare encore chaque année pour toute sa famille. "Au repas du Nouvel an les lentilles ne peuvent jamais manquer, peut-être que cette année il n’y aura pas de grand repas familial à cause du Covid mais on ne peut pas se passer des lentilles. Car autrefois, mais on le pense encore aujourd’hui, on disait que les lentilles portent chance, elles attirent l’argent, alors maintenant que les gens ont seulement l’argent en tête, ils en mangent tous volontiers."

Le cotechino ou Zampone

Aux lentilles les Italiens ont ajouté une tradition qui remonte au XVIe siècle lorsque Pic de la Mirandole ordonne aux habitants de sa ville assiégée par les armées pontificales, en 1511, de tuer les cochons et de cacher la viande avec beaucoup d’épices dans la peau du cochon.

Le cotechino était né, appelé aussi zampone, Une sorte de saucisson chaud à base de viande cochon, de muscade, de noix selon les régions, un plat qui symbolise l’abondance. "Ma grand-mère faisait venir le boucher autour de L’Épiphanie", se rappelle Paola, "la viande nous durait pour toute l’année et le dernier morceau que nous mangions était le cotechino, on le coupe en tranches et on le garnit avec les lentilles, et voilà le plat est prêt, on peut manger."

Cette année les repas de réveillon sont interdits, mais les lentilles seront quand même sur toutes les tables, les Italiens, très superstitieux, ne vont pas risquer de débuter 2021 sur un faux pas. Ils respecteront les augures comme dans la Rome antique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK