En France, plusieurs sites pornos menacés de blocage s'ils n’imposent pas une vérification de l’âge des internautes

Normalement réservés aux personnes âgées de plus de 18 ans, les sites pornographiques sont facilement accessibles aux mineurs. Pour avoir accès à une multitude de contenus pour adultes, il leur suffit souvent d’un simple clic. Mais la France veut resserrer la vis.

Depuis plusieurs années, le gouvernement français s’est penché sur la facilité des accès à ces sites. Différentes solutions sont étudiées par les instances dirigeantes pour interdire ou complexifier leur accès aux mineurs.

Le 23 avril 2020, le gouvernement a notamment procédé à une modification de la loi encadrant la diffusion et le commerce des contenus réglementés. L’amendement adopté impose désormais aux sites pornographiques de vérifier formellement l’âge des internautes sous peine, pour les éditeurs, d’être condamnés à trois ans de détention et 75.000 euros d’amende.

Des sites toujours trop facilement accessibles

Cette décision devait sonner la fin de la déclaration sur l’honneur présente avant d’accéder à des sites pornographiques. Mais dans les faits, rien n’a réellement bougé. De nombreux sites ne respectent toujours pas la nouvelle législation et sont encore facilement accessibles aux mineurs.

Face à ce constat, deux associations de protection de l’enfance (e-Enfance et La voix de l’enfant) ont décidé de passer à l’action. Comme le révèle le site spécialisé NextImpact, ces dernières ont assigné en justice les fournisseurs d’accès internet de l’hexagone afin qu’ils bloquent les sites ne vérifiant pas scrupuleusement l’âge des internautes.


►►► À lire aussi : Sextember : un mois sans porno pour redécouvrir une sexualité non stéréotypée


Ces associations déplorent "l’impact négatif" de la pornographie sur les jeunes, rappelant qu’"à 12 ans, près d’un enfant sur trois a déjà été exposé à la pornographie".

Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free devront se présenter devant le tribunal judiciaire de Paris le 9 septembre prochain. La cour pourrait imposer le blocage immédiat des accès aux sites ne respectant pas la loi, poussant alors les géants de l'industrie pornographique à trouver une solution pour contrôler l'âge des internautes. C'est notamment le cas de MindGeek, acteur prédominant de cette industrie, qui développe déjà sa propre plateforme de vérification : Age ID.

Quelles mesures pour une meilleure vérification de l’âge ?

La question de l’accès à la pornographie sur internet taraude le gouvernement français qui recherche des outils pour mieux vérifier l’âge des internautes. Plusieurs propositions ont d’ailleurs été avancées mais aucune n’a réussi à s’imposer actuellement.

La France avait tout d’abord imaginé utiliser son système "FranceConnect", un service permettant de valider son identité sur le web et d’accéder aux institutions de l’État en ligne. Cette option n’a toutefois pas été retenue par le gouvernement et a été abandonnée l’été dernier.

Une autre alternative envisagée est la vérification via un virement bancaire. Une solution qui utiliserait les bases de données des banques pour confirmer l’âge du détenteur de la carte utilisée. Une initiative peu populaire pour les internautes qui, pour la plupart, ne désirent pas transmettre leurs coordonnées bancaires sur ce genre de sites.


►►► À lire aussi : La plateforme OnlyFans, "l'Instagram porno payant", revient sur sa décision d'interdire les contenus sexuels


La vente d’un pass physique, achetable en magasin, avait aussi été proposée. Concrètement, l’acheteur doit prouver sa majorité au commerçant pour se voir remettre le fameux sésame. Ce pass, qui est en fait un code, permettrait alors de se connecter sur des sites interdits aux mineurs. L’identité de l’acheteur serait par conséquent protégée mais rien n’empêcherait la revente de pass à de jeunes adolescents.

On le voit donc, ces différents projets ont du mal à s’implanter. Et ce constat n’est pas uniquement celui de la France puisqu’à l’étranger, des solutions semblables ont aussi été testées avant d’être abandonnées. 

C’est notamment le cas du Royaume-Uni qui a renoncé à la vérification par carte d’identité ou carte bancaire car ces méthodes n'étaient pas concluantes et présentaient des risques en cas de fuite de données. Un exemple qui laisse penser qu'aucune de ces mesures ne sera d'application vu leur difficulté d'exécution.

À noter également que si des restrictions sont prises, celles-ci ne s'appliqueront qu'à la France et ne seront pas infaillibles. L'utilisation d'un VPN pourrait par exemple permettre aux Français de contourner les protections mises en places.

Extrait JT 11/02/2021:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK