En France, les laboratoires Servier reconnus coupables de "tromperie aggravée" dans le scandale Médiator

France/Scandale du Mediator: les labos Servier reconnus coupables de "tromperie aggravée"
France/Scandale du Mediator: les labos Servier reconnus coupables de "tromperie aggravée" - © BERTRAND GUAY - AFP

Les laboratoires Servier ont été reconnus coupables lundi à Paris par la justice de "tromperie aggravée" et d'"homicides et blessures involontaires" dans le scandale du Mediator, un médicament tenu pour responsable de centaines de décès. Ils sont condamnés à 2,7 millions d'euros d'amende.

"Malgré la connaissance qu'ils avaient des risques encourus depuis de très nombreuses années, (...) ils n'ont jamais pris les mesures qui s'imposaient et ainsi trompé" les consommateurs du Mediator, a déclaré la présidente du tribunal correctionnel, Sylvie Daunis. Le groupe pharmaceutique a toutefois été relaxé du délit d'"escroquerie".

Jean-Philippe Seta, l'ex-numéro 2 du groupe pharmaceutique et ancien bras droit du tout-puissant Jacques Servier, décédé en 2014, a lui été condamné à quatre ans d'emprisonnement avec sursis. Le parquet avait requis à son encontre cinq ans dont trois ferme et 200.000 euros d'amende. 

L'Agence nationale du médicament aussi condamnée

L'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), jugée pour avoir tardé à suspendre la commercialisation du Mediator a  elle été condamnée à 303.000 euros d'amende. 

Le tribunal correctionnel a estimé que l'Agence avait "failli dans (son) rôle de police sanitaire et de gendarme du médicament" et lui a infligé la peine maximale de 225.000 euros pour "homicides et blessures involontaires" par négligence, à laquelle s'ajoutent des peines d'amendes contraventionnelles à hauteur de 78.000 euros. 

Prescrit à environ 5 millions de personnes

Mis sur le marché en France en 1976 comme adjuvant au traitement du diabète, mais largement détourné comme coupe-faim, le Mediator a été prescrit à environ cinq millions de personnes pendant les 33 ans de sa commercialisation jusqu'à son retrait en novembre 2009.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK