En décembre 1944, alors que les combats font rage en surface, les habitants de Rochefort se réfugient dans les grottes

Les 20 et 21 décembre 1944, les Allemands procèdent à l’encerclement de la ville de Bastogne. Le ciel est complètement bouché, empêchant toute opération aérienne d’envergure. Le 21 décembre au matin, Bastogne est totalement encerclée par les troupes allemandes. Le siège va commencer. Bastogne constitue un important nœud routier, défendu par 18.000 soldats américains commandés par le général Anthony McAuliffe.

Saint-Vith constitue un autre carrefour routier stratégique, avec une gare de chemins de fer. La ville est défendue par les Américains. Le 21 décembre 1944, les Allemands encerclent Saint-Vith et les Américains ne peuvent faire autrement que de se replier à quelques km de la ville. Mais la bataille durera plusieurs jours. Les alliés bombardent Saint-Vith les 25 et 26 décembre, la ville sera détruite à 95%. Ce ne sera qu’en janvier 1945 que Saint-Vith sera libérée.

2 images
A partir du 20 décembre, les Allemands ont commencé à encercler Bastogne, point stratégique © Graphisme : Laurent Vangeenderhuysen (RTBF)

A quelques dizaines de kilomètres de là, à Rochefort, les combats font rage entre Américains et Allemands. En ce mois de décembre, certains habitants qui n’ont pas de cave vont se réfugier dans la grotte de Lorette. Ils y resteront plusieurs jours, dans l’humidité et sans moyen de se chauffer, s’éclairant à la bougie. Ils perçoivent le bruit assourdi des combats en surface.

"C’est très pénible de se retrouver dans une grotte à 500 personnes, logées sur des petites corniches. A un moment, alors que je dormais, j’ai senti qu’on me rattrapait parce que j’étais prêt à basculer dans le vide. C’est mon père qui m'a rattrapé", raconte Georges Pigeon. "Pour préserver notre vie, il n’y avait qu’une solution : nous attacher tous ensemble avec une corde. Il n’y avait rien à faire de toute la journée. Mais rester sans manger et sans boire dans les grottes 24 heures sur 24 : la vie devenait impossible pour certains."

Pol Wels explique que "ce qui était loufoque, c’est que c’était trois durs d’oreille qui allaient aux renseignements pour savoir ce qui se passait à Rochefort, à l’extérieur de la grotte. Je ne sais pas s’ils avaient moins peur que les autres… C’était aussi eux qui allaient chercher des provisions : pommes de terre, carottes". La cohabitation rendait certains agressifs, poursuit-il, notamment pour la récolte de l’eau qui se faisait grâce à une bouteille placée sous une stalactite : "Il n’y avait pas de bagarre, mais c’était quand même un chahut !".


►►► A lire aussi : Retrouvez tous nos articles sur les 75 ans de la bataille des Ardennes


Petit à petit, les combats s’espacent et les habitants de Rochefort peuvent quitter la grotte. Le 23 décembre 1944, le ravitaillement en carburant des blindés allemands est bloqué dans les environs de Rochefort. Les chars allemands sont contraints de s’arrêter dans leur progression vers l’ouest à hauteur de Celles. Le 24 décembre, c’est la fin de l’offensive dite "von Rundstedt". Les Allemands vont commencer à se replier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK