En Californie, la justice confirme le droit au mariage des homosexuels

Le mariage gay, brièvement autorisé en Californie en 2008, avait été interdit par l'adoption de la "Proposition 8", qui avait inscrit dans la constitution californienne que le mariage était réservé aux hétérosexuels.

Quelque 18.000 couples homosexuels s'étaient mariés en Californie en 2008 --des unions restées valides malgré la Proposition 8.

La cour d'appel fédérale de San Francisco a jugé mardi, dans une décision adoptée par deux juges contre un, que les promoteurs de la "Prop 8" avaient "ciblé une minorité et lui avaient retiré un droit qu'elle possédait, sans raison légitime de le faire".

"Sur ces bases, nous jugeons la Proposition 8 anticonstitutionnelle" et "le jugement (en première instance) de la cour fédérale est confirmé", ajoute la cour dans sa décision, entérinant ainsi la décision rendue en août 2010 par le juge fédéral Vaughn Walker.

Cette victoire pour les droits des homosexuels a été immédiatement saluée comme un "grand jour" par Theodore Olson, l'un des avocats du couple de lesbiennes qui réclamaient l'abrogation de la Proposition 8.

"Quand vous retirez un droit sur la base de l'orientation sexuelle, c'est de la discrimination", a-t-il déclaré après la publication de la décision.

Les associations de défense des droits des homosexuels ont elle aussi salué le jugement.

"La décision d'aujourd'hui nous rapproche de (...) la restauration du droit au mariage en Californie, offrant aux couples et à leurs familles la dignité et la sécurité, droits fondamentaux de tout Américain", a déclaré dans un communiqué Clarissa Filgioun, présidente de Equality California.

Par ailleurs, dans une campagne de sensibilisation au mariage gay lancée par l'association Human Rights Campaign, plusieurs personnalités dont le PDG de la banque d'affaires américaine Goldman Sachs, Lloyd Blankfein, ont officiellement apporté leur soutien au mariage homosexuel.

Une note de bas de page très discrète, dans la décision de la cour d'appel, stipule néanmoins que les mariages gays ne pourront pas reprendre en Californie avant que les parties se décident sur une éventuelle procédure d'appel.

Les opposants au mariage gay, qui ont d'ores-et-déjà annoncé qu'ils poursuivraient leur combat judiciaire, devraient probablement se tourner vers la Cour suprême des Etats-Unis, selon David Cruz, professeur de droit à l'Université de Californie du Sud (USC) à Los Angeles.

"Les deux parties ont toujours souhaité porter le dossier devant la Cour suprême le plus vite possible", observe-t-il.

Ce choix constitue un va-tout pour les deux parties, car une décision au niveau fédéral scellerait le sort des mariages homosexuels dans tous les Etats-Unis, sans possibilité de recours, ni pour les "pro" ni pour les "anti".

Mais M. Cruz pense que la Cour suprême --qui n'est pas tenue de se prononcer sur tous les sujets qui lui sont soumis-- choisira de ne pas se saisir du dossier, notamment en raison du champ très "restrictif" de l'argumentaire de la cour d'appel.

"L'argumentaire de la cour est très restrictif et ne concerne en gros que la Proposition 8 californienne, sans aborder les autres restrictions au mariage dans le reste du pays", observe-t-il.

Selon lui, "plus l'argumentaire de la décision d'abroger la Proposition 8 est restrictif, plus les chances que la Cour suprême ne se saisisse pas du dossier sont grandes".


AFP
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK