En Belgique, « deux tiers du personnel du secteur médical présentent des anticorps au coronavirus »

Les effets de la vaccination du personnel des soins santé, qui avait débuté le 18 janvier dernier, se font enfin ressentir. C’est en tout cas ce qu’a annoncé Yves Van Laethem, le porte-parole interfédéral pendant la traditionnelle conférence de presse bihebdomadaire du Centre de crise et l’institut.

Comme l’explique le porte-parole interfédéral, deux tiers du personnel du secteur médical, soit 63,7% des prélèvements montrent des anticorps contre le coronavirus. Ces données ont été récoltées fin février à travers l’une des enquêtes que Sciensano a organisée en conjonction avec l’Institut de médecines tropicales d’Anvers. A ce moment-là, 80% des travailleurs de santé avaient déjà reçu une dose du vaccin.


►►► À lire aussi : Un an de confinement en Belgique : voici tout ce qui a été fermé le 18 mars 2020


Le groupe étudié qui comprenait 229 personnes, issues du personnel du secteur médical, avait été partiellement ou totalement protégées.

  • 58 personnes avaient développé des anticorps suite à une infection naturelle
  • 113 personnes ont développé correctement des anticorps grâce à la vaccination
  • 58 personnes, soit un quart d’entre eux, n’ont pas développé d’anticorps, du moins, lors du prélèvement sanguin.

Selon Yves Van Laethem, les 58 personnes qui n’ont pas développé de défenses immunitaires contre le Covid-19 pourraient s’expliquer par un temps trop court entre l’injection de la première dose du vaccin et le prélèvement sanguin. " Six jours ne sont pas assez pour développer des anticorps ", souligne-t-il avant d’ajouter que les résultats finaux seront connus dans une enquête ultérieure.


►►► À lire aussi : Coronavirus : les quatre centres de vaccination bruxellois ouverts lundi inoculent un nombre limité de doses


Il en ressort également qu’avant la vaccination, soit entre avril et septembre 2020, une courbe stable du taux d’anticorps chez le personnel de soins de santé avait été observée. A ce moment-là, on tournait autour des 8 à 9%. Néanmoins, ce taux d’anticorps a augmenté à la suite la deuxième vague atteignant 24% de séroprévalence, c’est-à-dire de personnes ayant été exposées au coronavirus, et qui ont développé des anticorps.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK