"En 10 ans, le nombre d'accidents impliquant un conducteur sous l'influence de l'alcool a baissé de 20%"

Créée en 1995, la campagne Bob fête cette année ses 24 ans. Le Bob, chez nous, c'est le conducteur qui accepte de ne pas boire d’alcool lors d’une sortie pour reconduire ses compagnons en toute sécurité. Trois lettre qui viennent en réalité de ces mots en néerlandais:  "Bewust Onbeschonken Bestuurder" (soit "conducteur non alcoolisé et conscient"

A l'approche des fêtes de fin d'année, Benoît Godart, porte-parole de Vias, l’Institut belge pour la sécurité routière, était l'invité de La Première pour parler de ce terme entré dans le langage quotidien.

"On parle beaucoup du chocolat et de nos frites comme étant des fleurons belges, mais on peut aussi parler de nos campagnes Bob, puisque cette campagne du conducteur désigné a été implantée dans une bonne quinzaine de pays européens et qu’aujourd’hui Bob a plein de petits cousins et de petites cousines, sourit Benoît Godart. Par exemple, Raoul au Luxembourg, Sam en France, Chris en Pologne, (Jeff) en Grande-Bretagne. Bref, on voit vraiment que c’est un concept qui a bien marché, non seulement en Belgique, mais également à l’étranger."

Chaque jour, 11 accidents impliquant un conducteur sont dus à l’alcool. De quoi douter de l'efficacité des campagnes Bob ? Pour Benoît Godart, "ces campagnes sont efficaces. Premièrement, prenons les 10 dernières années, le nombre d’accidents impliquant un conducteur sous l’influence de l’alcool a baissé de 20%, ce qui n’est pas rien. Deuxièmement, systématiquement pendant les campagnes Bob, le pourcentage de conducteurs positifs qui reprennent le volant sous l’influence de l’alcool est moindre que pendant le reste de l’année. L’an dernier, on était à moins de 3%."

Pour le porte parole de Vias, "ça veut dire qu’aujourd’hui, le conducteur qui malgré tout continue de reprendre le volant sous l’influence de l’alcool fait partie d’une toute petite minorité et que la grande majorité de la population a bien compris que boire et conduire ne vont pas ensemble et a finalement bien respecté les consignes données pendant les campagnes. L’idéal serait évidemment de maintenir un niveau de sensibilisation et de contrôle pendant le reste de l’année, mais ce n’est pas toujours possible".

Les brasseurs impliqués dans la campagne

La campagne 2019 est présentée ce jeudi, en collaboration avec les brasseurs belges comme c'est le cas depuis 1995. "Le concept Bob est né au moment où on est passé du 0,8 à 0,5, en attendant peut-être le 0,2 dans les années qui viennent, et est né aussi parce qu’à ce moment-là on était parfois sur des campagnes qui étaient assez trash et qui ne plaisaient pas à grand monde. Il était donc aussi dans l’intérêt du secteur brassicole que le moindre chiffre de conducteurs se tue au volant après avoir bu, que ce soit de la bière ou autre chose."

Benoit Godart ajoute "qu’au cours des années précédentes, le secteur a quand même fait beaucoup d’efforts pour notamment mettre en valeur les bières sans alcool, et c’est évidemment un plus pour la sécurité routière. La présence des brasseurs permet aussi de mieux pénétrer dans le secteur Horeca par exemple, dont certains membres mettent par exemple en avant les mocktails, les cocktails sans alcool, ou d’autres initiatives pour justement inciter à ce qu’il y ait au moins un Bob dans ceux qui sortent".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK