Elles ont une monnaie, un dirigeant, un folklore... découvrez le principe des micronations

Sur terre, il existerait plus de 400 micronations. Elles s'appellent "Ambassade Lunaire", "Tui Tui" ou encore "Royaume des Pirates". À la différence des micro-états, la plupart ne possèdent pas de territoire où s'établir. 

C'est le cas de la "Principauté d'Austrasie", un ancien territoire mérovingien situé notamment sur Nivelles. L'Austrasie revit après plus de 1500 ans grâce à quelques passionnés d'histoire. "Historiquement, personne ne peut nier que nous nous trouvons ici-même sur l'ancien territoire d'Austrasie", explique le Prince d'Austrasie. 

Princes, costumes et folklore... Mais ensuite? 

Ici, on joue le jeu à fond, jusqu'aux décorations honorifiques accrochées aux costumes. Un peu de folklore, un peu d'histoire, mais c'est tout. "On ne va évidemment pas revendiquer la Ville de Nivelles ou un bout de notre jardin pour en faire la nouvelle Principauté d'Austrasie", sourit notre Prince. 

Mais d'autres vont plus loin. C'est le cas de Vít Jedlička, président du Liberland. Un concept crée il y a trois ans. Le Danube forme la frontière entre la Croatie et la Serbie. Problème : son tracé n'est pas totalement identique pour les deux pays. Conséquence : il existe un petit territoire inhabité et non revendiqué de 7 km². Un no man's land, fait de bois et de broussailles, aujourd'hui rebaptisé Liberland. "On est arrivé sur ce territoire. On y a planté le drapeau sur le sol et déclaré la création de notre pays. C'est comme ça que tout est commencé", commente Vít Jedlička.

Liberté, absence d'impôts et crypto-monnaie

Le projet du Liberland est basé sur la liberté individuelle, la crypto-monnaie et un régime d'impôt ou chacun paye ce qu'il veut. L'homme politique tchèque a beaucoup d'espoir de voir son projet aboutir. Et pourtant, ce n'est pas si simple. "Pour qu'un État soit reconnu, il faut remplir quatre critères importants", souligne Christian Behrendt. "Il doit y avoir un gouvernement, un territoire, un peuple et une reconnaissance des autres États". Or, le Liberland n'est reconnu par aucun autre État. 

Malgré ses ambitions, Vít Jedlička pourrait bientôt voir les gouvernements croates et serbes se mettre d'accord sur ce petit bout de terre de 7 km² et faire définitivement une croix sur son LiberlandDans l'histoire récente, aucune micronation n'est d'ailleurs parvenu à devenir un véritable état. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK