Electricité : pourquoi le tarif social augmente de 22%

Pour les plus démunis, le tarif social est une opportunité de se fournir en électricité et en gaz naturel à des prix préférentiels. Il s’adresse, par exemple, aux bénéficiaires de l’aide sociale d’un CPAS, à certaines personnes qui souffrent d’un handicap ou encore aux locataires d’un logement social.

Ces personnes précarisées vont, dès à présent, devoir faire face à une augmentation de 22% du prix pour l’électricité et de 29% pour le gaz naturel. "Ces nouveaux tarifs, pour le premier semestre 2019, ont été déterminés sur base de la formule tarifaire la moins chère d’application pour les mois d’octobre, novembre et décembre 2018", nous explique Annemarie De Vreese, porte-parole de la CREG, le régulateur fédéral du marché de l’électricité et du gaz naturel en Belgique.  

Cette fois, le calcul a été fait en fonction du tarif "Be Online" du fournisseur Octa+ pour l’électricité et du prix de la formule Engie Direct pour le gaz naturel. Ces deux offres correspondent effectivement au tarif le moins cher sur le marché de gros.

La flambée des prix

Ces augmentations de prix sont essentiellement dues à la hausse générale des cotations de l’électricité et du gaz sur les marchés. "C’est surtout la composante énergie, qui a fortement augmenté ces derniers mois. Les frais de distribution et de transport sont restés relativement stables", ajoute Annemarie De Vreese. Quant à l’indisponibilité nucléaire, elle aurait un impact inférieur à 1% sur cette hausse des prix.

Ce lundi après-midi, les ministres de l'Économie Kris Peeters et de l'Energie Marie-Christine Marghem ont convoqué la CREG pour avoir des explications sur cette augmentation des tarifs et demander des propositions pour permettre d'absorber cette hausse de prix.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK