Eglise de Belgique : pas de consignes aux prêtres pour aller visiter les malades

Eglise de Belgique : pas de consignes aux prêtres pour aller visiter les malades
Eglise de Belgique : pas de consignes aux prêtres pour aller visiter les malades - © nano - Getty Images

Ce mardi le pape François demande aux prêtres " d’avoir le courage de sortir et d’aller voir " les malades atteints du coronavirus. Il leur demande d’accompagner le personnel médical. La consigne pourrait étonner alors que le gouvernement italien vient d’adopter un décret qui a étendu les mesures de confinement à tout le pays, mais il faut la comprendre dans le contexte italien où les églises sont fermées.

Et en Belgique ?

Et en Belgique ? Nous avons fait un petit sondage auprès de quelques diocèses. A l’archidiocèse de Malines-Bruxelles, aucune consigne n’a été donnée aux prêtres. Geert De Kerpel, porte-parole : " Parmi les missions des prêtres et des diacres, il a celle d’aller voir les malades. Nous ne donnons aucune instruction complémentaire ". Pas d’autres recommandations que celles données le 2 mars par la Conférence épiscopale de Belgique en ce qui concerne les messes : éviter de se serrer la main, ou de s’embrasser lors du don de paix, pas d’utilisation d’eau bénite en sortant et en entrant dans l’église, la communion est uniquement reçue sur la main.

Soutenir les malades pour les aider à lutter contre le virus

Même son de cloche au diocèse de Liège. Monseigneur Jean-Pierre Delville : " Nous ne sommes pas dans la même situation que l’Italie. Nous encourageons les visiteurs de malades et les prêtres à poursuivre leur travail à domicile et dans les hôpitaux. Nous leur rappelons les consignes de prudence : prendre avec soi son produit désinfectant, se laver les mains, porter un masque si la personne est gravement atteinte. Il faut garder ces mesures d’hygiène à l’esprit. Et ne pas oublier qu’accompagner les malades et leur remonter le moral va avoir un effet sur leur immunité. Si leur moral va bien, leur corps luttera d’autant mieux contre le virus ".

Le Belgique n’est pas l’Italie

Du côté de la Conférence épiscopale de Belgique, Tommy Scholtès tempère : " Il faut comprendre le message du pape dans le contexte italien, où tout un pays est confiné. Il ne faut pas nous calquer là-dessus et ce n’est pas parce que le pape l’a dit lors de sa messe, qu’il faut embrayer ". La Conférence épiscopale suit la situation au jour de jour. Pour l’instant, donc, aucun autre conseil que de prendre toutes les mesures de protection nécessaires en présence d’une personne infectée par le coronavirus et cela vaut aussi pour les prêtres. Rendre visite aux malades cela fait partie du " travail" des prêtres. Ils continuent comme d’habitude, moyennant la prudence de mise face à l’épidémie. Tommy Scholtes rappelle qu’en Italie, il n’y a plus aucune messe, ce qui explique que le pape demande aux prêtres de s’investir auprès des malades pendant l’épidémie de covid-19. Une manière de dire aux fidèles : l’Eglise ne vous a pas abandonné.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK