Ecole: "C'est pas la fête" dixit la Plateforme de lutte contre l'échec scolaire

La plateforme défend le décret inscription: une suppression lui semblerait une catastrophe.
La plateforme défend le décret inscription: une suppression lui semblerait une catastrophe. - © Tous droits réservés

Les péripéties politiques de l'été et les tensions entre PS et cdH en Fédération Wallonie-Bruxelles ont marqué les esprits. Et notamment ceux des acteurs de la Plateforme contre l'échec scolaire, une plateforme rassemblant près d'une quinzaine d'acteurs du monde de l'enseignement ou associatifs (syndicats, Fapeo, Ligue des droits de l'enfant, Ligue des familles, Réseau wallon de lutte contre la pauvreté, Changement pour l'égalité...) qui veulent refonder l'école pour plus d'équité et d'efficacité.

Cette plateforme entend en particulier appeler le gouvernement et les partis politiques à respecter leurs engagements à propos de la réalisation de la grande réforme du Pacte d'excellence. La mise en œuvre du tronc commun de 3 à 15 ans, l'une des mesures phares du pacte, leur semble compromise par l'entrée du MR au gouvernement de la Région wallonne. Ce parti pourrait-il amener son partenaire humaniste à modérer ses ambitions, notamment budgétaires, au niveau de la fédération Wallonie-Bruxelles où il reste une coalition avec le PS?

La plateforme défend également le décret inscription: une suppression lui semblerait une catastrophe en matière d'équité et de transparence dans les inscriptions en secondaires, un retour en arrière propre à privilégier les plus favorisés. Selon la Plateforme, une révision du décret peut cependant être envisagée si celle-ci permet de mieux répondre à l'objectif de mixité sociale.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK