Ecochèques: un mode de paiement pas vraiment apprécié par les commerçants

Un institut indépendant a ainsi pu constater, au terme de trois séries de contrôles, que 4 magasins, sur un nombre total de 249 visités, ne respectaient pas la liste des produits et services que le consommateur peut obtenir avec ses écochèques. Le non respect de ces règles est sanctionné par une interdiction de percevoir des écochèques pendant 6 mois, période au terme de laquelle les sociétés émettrices de ces chèques vérifient si les commerces incriminés peuvent à nouveau faire partie du réseau d'adhérents.

Selon UNIZO, ces manquements doivent essentiellement être imputés à un manque d'information.

De manière générale, l'organisation constate que ce mode de paiement est, selon ses propres termes, "sur le retour", et que de moins en moins de commissions paritaires l'adoptent d'ailleurs.

Une tendance confirmée par le SNI qui affirme qu'un tiers des commerçants préféreraient voir ce système disparaître. Ces commerçants doivent collecter les écochèques, les trier et les renvoyer signés aux émetteurs, les seuls bénéficiaires de cette opération, selon eux. Ces chèques, qu'ils risquent en outre d'égarer, constituent avant tout une charge administrative de plus à leurs yeux.

Selon les organisations, un versement de cet avantage sur le compte des travailleurs serait plus approprié.

D'après Cathy Schoels, de la société Sodexo, le Conseil national du travail débattra à la fin du mois de décembre de l'opportunité d'organiser des contrôles supplémentaires sur l'utilisation des écochèques.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK