Eclipse totale de soleil au-dessus du Chili: des astronomes liégeois aux premières loges

C’est un phénomène astronomique qui donne des frissons. "Tout à coup il fait froid, se rappelle Diane qui y avait assisté en 1999, je me souviens de cette étrange sensation. Il fait brusquement noir en plein jour".

L’astrophysicien liégeois Emmanuel Jehin n’en est évidemment pas à sa première éclipse solaire. Quand il en parle, c’est pourtant d’abord en tant qu’être humain. "De tout temps, une éclipse solaire a recelé sa part de mystère. Aujourd’hui, le mystère reste dans ce qu’on peut ressentir pendant une éclipse totale de soleil. C’est un magnifique phénomène à vivre en tant qu’être humain".

L’éclipse de ce deux juillet : visible depuis l’observatoire européen de La Silla

Mais c’est en tant qu’astronome qu’Emmanuel Jehin, astrophysicien, chercheur qualifié à l’Institut d’Astrophysique et de Géophysique de Liège, se réjouit le plus aujourd’hui. "Ce qui est tout à fait exceptionnel, c’est que pour une fois l’éclipse va être visible depuis l’un des plus grands observatoires du monde et donc des télescopes et astronomes vont pouvoir l’étudier avec leurs instruments optimisés sur place". L’éclipse sera visible dans une grande partie du Pacifique ainsi qu’en Amérique du Sud.

Certains l’observeront donc depuis l’observatoire de La Silla, au Chili. D’autres, comme Emmanuel Jehin l’observeront depuis Liège, car le télescope de l’ULiège à La Silla est robotique. "Durant la nuit par exemple, il effectue seul les observations qu’on a préalablement programmées. Il sera dans ce cas-ci piloté à distance via internet en live si la météo est correcte évidemment". Un étudiant sera sur place pour vérifier que tout se passe bien.

"On a deux projets qui vont se passer pendant l’éclipse, précise Emmanuel Jehin. Le premier consiste à détecter grâce à un télescope sur le sol des comètes qui tombent dans le soleil. C’est très challenging, on ne sait pas si on va réussir, mais on va regarder. On a très peu de temps pour le faire évidemment, juste avant que la lumière du soleil ne revienne". Ces images seront également utilisées dans un deuxième temps, par des astronomes américains. "Des astronomes américains qui nous ont demandé de faire pendant leur observation de la couronne, des observations des étoiles qui se trouvent autour du soleil pour pouvoir calibrer leur expérience".

L’éclipse retransmise en ligne à partir de 21h30

L’éclipse sera totale à 22h39 heure belge, mais sera transmise plus tôt sur la chaîne Youtube de l’observatoire européen de La Silla.

Le passage de l’ombre de la Lune, qui va s’interposer entre le Soleil et la Terre, va entraîner plus de deux minutes d’obscurité totale en plein jour, et la température devrait baisser de trois à quatre degrés.

Au Chili, qui concentre près de 45% des observations mondiales, environ 300.000 touristes, scientifiques, chasseurs d’éclipses, passionnés ou simples curieux, sont attendus alors que les météorologues prévoient un ciel dégagé dans le nord du pays.

"Il y a beaucoup d’attentes […] Il s’agit d’un événement historique dans la région", témoigne Catalina Henriquez, responsable d’une agence d’astrotourisme à Vicuña, (450 km au nord de Santiago) près de la vallée de l’Elqui où se trouve l’observatoire de Mamalluca, pionnier dans le développement de l’astrotourisme au Chili.

Cieux limpides

Matias Badilla, 19 ans, est venu spécialement avec sa famille et se prépare depuis sept ans à vivre cet événement : "C’est quelque chose que nous avons planifié de longue date. Ma famille aime beaucoup tout ce qui a trait à la science et à sa diffusion. Pour nous, voir cela de si près, dans un lieu si beau, était une occasion qu’on ne pouvait pas manquer".

Selon l’observatoire de La Silla, situé à 2.400 mètres d’altitude et opéré par l’Organisation européenne pour des observations astronomiques dans l’hémisphère austral (ESO), "il est très rare qu’une éclipse solaire se produise au-dessus d’un observatoire scientifique professionnel avec de grands télescopes".

Le nord du Chili, connu pour ses cieux limpides et son climat sec, accueille différents observatoires, comme le Paranal, qui abrite le plus puissant télescope optique de la planète, ou le radio télescope Alma.

Dès l’année prochaine, avec notamment l’inauguration du télescope géant de Magellan (GMT) et du très grand télescope européen (E-ELT), le Chili devrait concentrer 75% des observations astronomiques mondiales.

Dans la capitale, Santiago du Chili, l’éclipse sera visible à 92%.

Une autre éclipse totale du soleil pourra être observée dans le sud du pays le 14 décembre 2020.

Installation d'une lunette protectrice géante à La Higuera:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK