Echec à la CITES pour la protection du requin-marteau

RTBF
RTBF - © RTBF

La conférence de la CITES a refusé mardi de placer le requin-marteau sous sa protection, après avoir rejeté deux autres espèces marines à forte valeur commerciale, comme le thon rouge d'Atlantique-est et le corail rouge.

Avec 75 voix pour et 45 contre (à bulletins secrets), la proposition des Etats-Unis et de Palau pour un classement du requin-marteau halicrone (Sphyrna lemini) à l'Annexe II de la Convention sur le commerce international des espèces sauvages menacées (CITES), qui aurait permis de réguler les exportations, n'a pas obtenu la majorité requise des deux tiers.

Le requin-marteau figure sur la liste rouge de l'UICN (Union mondiale pour la conservation de la nature) comme espèce "mondialement en danger".

Ce grand poisson à la maturation lente, qui peut atteindre jusqu'à 4 mètres, est surtout recherché pour la qualité de ses ailerons.

Son classement était recommandé par l'UICN et la FAO, l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation.

Sur les bancs de la délégation japonaise, qui s'opposait à ce classement, un délégué n'a pu retenir ses applaudissements.

Depuis l'ouverture de la conférence à Doha, le 13 mars, le Japon s'oppose à l'intervention de la CITES dans la gestion des pêches commerciales.

 

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK