DuoDay: une journée pour l'emploi des personnes handicapées

DuoDay: une journée pour l'emploi des personnes handicapées
DuoDay: une journée pour l'emploi des personnes handicapées - © Tous droits réservés

Ce jeudi 26 mars, c’était le DuoDay : 500 entreprises ont engagé des stagiaires d’un jour qui ont une petite particularité, un handicap. L’objectif est de sensibiliser les employeurs au travail des personnes handicapées et de défaire les stéréotypes.

Lekbira a été engagée dans un restaurant, elle travaille en cuisine et au comptoir. L’entreprise qui l’emploie a même accepté de l’engager pour cinq jours au lieu d’un seul. Elle est malvoyante, elle a une prothèse et ne voit que de l’œil gauche, mais cela ne l’empêche pas de travailler correctement.

Son stage est une expérience riche pour elle, comme pour ses collègues. Marc Kops a eu l’occasion de travailler avec elle, il lui a appris quelques petits trucs, mais c’est surtout elle qui lui a beaucoup apporté : "C’est vrai qu’au début j’avais peur, on m’a dit qu’une personne handicapée allait venir, je ne savais pas à quoi m’attendre. Pour finir, c’était un plus pour nous".

La recherche d’un emploi a toujours été compliquée pour Lekbira. Elle cherche du travail depuis plus de sept ans et quand elle postule, on lui fait souvent comprendre qu’avec son handicap, ce ne sera pas possible : "Une dame m’a dit qu’avec mon handicap et mon âge, ce sera difficile de trouver un travail. Elle m’a mise à la porte".

Adaptations pas si chères

Lekbira n’a pas eu besoin que l’on adapte son lieu de travail, mais ce n’est pas le cas pour tout le monde. Marc Hiard, job coach à la Ligue Braille, affirme qu’il faut parfois repenser le poste entier pour une personne handicapée : "Pour les personnes qui travaillent dans un milieu administratif, il existe des programmes informatiques qui permettent d’agrandir les écrans d’ordinateur, mais ce matériel est cher". Il faut aussi adapter les tâches, les horaires au handicap et il faut parfois même encourager la personne psychologiquement.

Ces adaptations peuvent couter très cher à l’employeur, c’est pour cette raison qu’il existe des aides financières et matérielles. L’AWIPH (l'Agence Wallonne pour l’Insertion des Personnes Handicapées) et le PHARE (Personne Handicapée Autonomie Recherchée) à Bruxelles, aident financièrement les entreprises qui souhaitent engager des personnes handicapées.

L’expérience s’est très bien terminée pour Lekbira, l’entreprise pense à l’inclure dans un processus de recrutement.

 

Mariam Alard

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK