Dumping social dans le transport: le cerveau présumé maintenu en détention

Dumping social dans le transport: le cerveau présumé maintenu en détention
Dumping social dans le transport: le cerveau présumé maintenu en détention - © ERIC LALMAND - BELGA

Dans le cadre d'une enquête de fraude sociale dans le secteur du transport, la chambre du conseil de Termonde a décidé vendredi de maintenir en détention préventive pour une durée d'un mois Alain M., un Français de 56 ans, soupçonné d'être le cerveau présumé de l'organisation, a annoncé vendredi le parquet fédéral. Il est inculpé en tant que dirigeant d'une organisation criminelle.

Le ressortissant français est soupçonné d'avoir démarché des entreprises de transports routiers en France et en Belgique pour les inciter à recourir à un montage financier, en créant des filiales en Slovaquie et au Portugal, pour échapper à la législation sociale.

Deux Belges de 45 et 46 ans, Nancy L.-S. et Bruno M., ont préalablement été inculpés par les autorités belges "d'escroquerie en droit pénal social et de non déclaration de travailleurs à la sécurité sociale". Ils ont été remis en liberté sous condition. La justice soupçonne trois entreprises de transport belges, d'avoir échappé à des cotisations sociales pour un montant de 6 à 7 millions d'euros depuis 2014.

Une ressortissante portugaise de 39 ans a encore été arrêtée dans le cadre d'une enquête internationale sur une organisation criminelle soupçonnée de favoriser le dumping social dans le transport routier en France et en Belgique. Elle faisait l'objet d'un mandat d'arrêt européen émis par le parquet fédéral belge pour participation aux activités d'une organisation criminelle, en qualité de dirigeante.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK