Droits des femmes: la situation en Europe concernant l'avortement (carte)

Droits des femmes: la situation en Europe concernant l'avortement (carte)
2 images
Droits des femmes: la situation en Europe concernant l'avortement (carte) - © Tous droits réservés

La journée internationale du droit des femmes est l'occasion de se demander où en est la loi sur l'avortement dans les pays de l'Union européenne. Dans la majorité des pays européens, l'interruption volontaire de grossesse peut être légalement pratiquée dans les dix à douze premières semaines de grossesse.  

Si l'Espagne a voulu limiter l'usage de l'avortement, elle s'est finalement rétractée. Le projet de loi espagnol ne permettait ainsi de recourir à une interruption volontaire de grossesse que dans deux cas: le viol, attesté par un dépôt de plainte ou un risque durable ou permanent pour la santé physique ou psychique de la mère. La malformation du fœtus n’était plus considérée comme un motif valable.

Encore limité en Irlande et en Pologne 

S'ils autorisent le recours à l’avortement dans certains cas bien précis, le droit peut être considéré comme très limité. Très catholique, l’Irlande avait totalement interdit l’IVG en l’inscrivant dans sa Constitution en 1983. Cette législation s'est récemment assouplie puisqu'en cas de danger pour la vie de la mère celui ci peut être autorisé. 

La Pologne, autre bastion catholique de l'Union européenne, a aussi une loi très stricte en la matière. L’avortement y est très restreint et ne peut être pratiqué qu’en cas de viol ou d’inceste mais aussi en cas de danger pour la vie de la maman. 

Carrément interdit à Malte

Sur l’île méditerranéenne, l’IVG est strictement interdite, peu importe les raisons. L’avortement y est un délit passible d’une peine pouvant aller de 18 mois jusqu’à 3 ans d’emprisonnement. 

En Grande-Bretagne et en Finlande, selon les textes de loi, la mère doit avoir l'accord d’un médecin et justifier d’un risque pour sa santé. Mais en pratique, ces législations sont assez tolérantes. Outre Manche, il est possible d’avorter jusqu’à la 24e semaine de grossesse, par exemple. Dans la majorité des autres pays, l'IVG peut se pratiquer jusqu'à la 10-12e semaine. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK