Drogue-t-on nos enfants ? Antidépresseurs: frôle-t-on l'overdose ?

Drogue-t-on nos enfants?
Drogue-t-on nos enfants? - © RTBF

Questions à la une propose deux enquêtes sur la consommation de médicaments. Le premier reportage se penche sur l'utilisation de la Rilatine chez les enfants, et le second aborde quant à lui l'augmentation significative des prescriptions d'antidépresseurs.

1. Drogue-t-on nos enfants?
L'hyperactivité et le déficit d'attention seraient les principaux troubles psychiatriques des enfants et adolescents. Pour y remédier, les médecins prescrivent de plus en plus souvent de la Rilatine. Un dérivé d'amphétamines avalé quotidiennement par 32 000 enfants du royaume. Un nombre qui a doublé en cinq ans. Une enquête captivante et interpellante pour tenter de comprendre le succès d'une pilule que certains croient miraculeuse mais qui peut mener à la dépression voire à l'accident cardiaque.
Une enquête de François Lizen et Christian Leroy.

2. Antidépresseurs : frôle-t-on l'overdose ?
Un Belge sur dix est aujourd'hui sous antidépresseurs. Les chiffres sont là, on en prescrit deux fois plus qu'il y a dix ans. Notre équipe a voulu savoir pourquoi cette frénésie à prendre des psychotropes, ces médicaments du cerveau. Nous sommes allés consulter des généralistes... Et n'avons pas eu trop de mal à nous faire prescrire les petites pilules magiques. Nous avons rencontré des patients que l'on doit sevrer de ces drogues légales mais aussi des toxicomanes qui prennent ces tranquillisants parce que dans la rue, ils sont moins chers que l'héroïne ou la cocaïne et permettent d'oublier leur manque, voire de commettre des actes violents. Nous avons aussi rencontré ceux qui combattent la banalisation de ces pilules. Des pilules qui peuvent conduire à des comportements violents ou suicidaires. Nous avons enfin interrogé des chercheurs en psychiatrie. Ceux-ci dénoncent aujourd'hui ce qu'ils appellent le marketing de l'industrie du médicament et la façon dont on a aujourd'hui transformé les émotions les plus banales comme la timidité en maladies mentales... qu'il fallait soigner avec ces psychotropes.
Bref, l'épidémie s'expliquerait. Nous ne sommes pas tous devenus subitement dépressifs!
Un reportage signé Pascale Bollekens et Michel Renard.

RTBF

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK