Douleur chronique: 10 millions d'euros pour aider les hôpitaux

L'hôpital Erasme à Bruxelles fait partie des 35 centres de traitement de la douleur.
L'hôpital Erasme à Bruxelles fait partie des 35 centres de traitement de la douleur. - © D.WILLAM

La douleur chronique: un fléau qui toucherait quelque 300 000 Belges, voire un adulte sur quatre, selon les données. Pour mieux la prendre en charge, la ministre de la Santé publique Laurette Onkelinx a lancé un nouveau dispositif multidisciplinaire.

35 centres de traitement de la douleur bénéficieront d'un financement de 10 millions d'euros. Et à partir de ce 1er juillet, tous les hôpitaux devront disposer d’une petite équipe chargée de sensibiliser médecins et patients à ces problèmes, et de les référer aux centres de traitement.

Lucrèce Verhulst souffre d'une maladie orpheline qui lui cause des douleurs constantes. La thérapie qu'elle suit au centre de la douleur de l'hôpital Erasme, l'a beaucoup aidée: "Quand je suis arrivée dans ce centre, ma vie a changé du tout au tout "

La Douleur impose une approche globale

Dans ce centre multidisciplinaire, l'approche du patient est globale: physique, psychologique et sociale. Pour le moment il n'existe pourtant que neuf centres de ce type, avec des files d'attente très longues. C'est le cas du centre d'Erasme où travaille le docteur Turgay Tuna: "En fonction de la région de l’hôpital, cela peut aller de quelques mois à quelques années malheureusement… Il ne faut pas vous étonner d’entendre qu’un patient qui souffre parfois depuis 20 ans n’a pas bénéficié d’une prise en charge correcte".

Avec le nouveau dispositif, il y aura bientôt 35 centres. Et en plus de cela, tous les hôpitaux devront avoir une équipe de 3 personnes chargées de sensibiliser médecin et patients à la thématique de la douleur. Un travail bien nécessaire. Les enfants n'ont pas été oubliés non plus: 13 hôpitaux disposeront aussi d'équipe spécilaisées dans la prise en charge de leur douleur.

Daphné Van Ossel

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK