Donner nos vieux jouets aux enfants pourrait être dangereux

Donner nos vieux jouets aux enfants pourrait être dangereux
Donner nos vieux jouets aux enfants pourrait être dangereux - © Tous droits réservés

Passage de témoin ou petites économies, reléguer ses vieux jouets à ses enfants est courant dans notre société. Une récente étude britannique estime pourtant que les anciennes babioles de plastique avec lesquels nous jouions pendant des heures, pourraient comporter des risques.

Les jouets font partie de la longue liste des objets impérissable et réutilisable qui passent de main en main et traversent les générations. Si certains optent pour la location de jouets, d'autres récupèrent ceux avec lesquels ils jouaient, enfants. Des chercheurs de l'Université de Plymouth ont pourtant démontré que les jouets anciens sont risqués pour les plus jeunes.

 

Même à petite dose, gare aux substances toxiques

Pour réaliser l'étude, 200 types de jouets en plastique sont passés sous le microscope des scientifiques. Parmi eux, des trains, des voitures, des figurines en plastique mais aussi des puzzles et l'analyse prouve que des éléments chimiques seraient présents dans ces jouets.

Un constat interpellant puisque même à petite dose, cela pourrait être néfaste pour les enfants. Le chrome, le baryum, l’antimoine ou encore le plomb, voici les substances nocives pour nos bambins. En cause: la tendance des enfants à porter les jouets à la bouche.

"Le plus gros fiasco concerne les briques de Lego des années 1970 et 1980. À cette époque, les jouets n’étaient pas testés et nous continuons à les utiliser aujourd’hui", s'est indigné Andrew Turner, principal auteur de l'étude au micro de la BBC. L'étude pointe le fait que les objets noirs, jaunes et rouges seraient plus dangereux que les autres.

"Certains objets de seconde main n'ont pas les mêmes assurances de qualité que ceux qui sont conçus à l'heure actuelle", a conclut le scientifique. Il prévient qu'aujourd'hui, si un objet présente des risques pour les enfants, il est retiré du marché.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK