Dix jeunes de Vilvorde sont partis en Syrie avant la fin des vacances

Des jeunes de Vilvorde sont partis en Syrie cet été
Des jeunes de Vilvorde sont partis en Syrie cet été - © RTBF

Dix jeunes de Vilvorde, de confession musulmane, sont partis vers la Syrie juste avant la fin des vacances scolaires, dont cinq mineurs d'âge, selon le bourgmestre Hans Bonte (sp.a). Pas de recrudescence des départs cependant, mais une situation stable. Même si elle est toujours préoccupante.

Vilvoorde, commune du Brabant flamand, mais aussi terre d'envoi de combattants vers la Syrie. Depuis le début de l'année, une vingtaine de jeunes sont partis pour combattre. Deux nouveaux départs viennent d'être confirmés. Mais ils seraient plus nombreux encore à avoir quitté Vilvoorde cet été, selon le bourgmestre interrogé par la RTBF : "Pendant les vacances d'été, 10 autres jeunes se sont ajoutés. Et on les soupçonne très fortement d'être partis pour la Syrie. Cela fait donc trente départs au total. Et la crainte, c'est que cela ne soit pas encore la fin. Parce qu'on sait aussi qu'un groupe d'une quinzaine de jeunes est encore en train de se radicaliser et de recruter".

Pourtant, les autorités l'affirment : il n'y pas en ce moment d'afflux massif vers la Syrie, mais plutôt un flux continu depuis le début de l'année. La situation est stable, avec entre 80 et 100 Belges en Syrie, selon la ministre de l’Intérieur Joëlle Milquet. Il n’y a pas eu de départs massifs pendant les vacances scolaires, comme on aurait pu le craindre. "Et les retours sont suivis et monitorés" ajoute-t-elle.

Ces chiffres seraient largement sous-estimés, selon certaines sources, pour lesquelles les Belges seraient plus nombreux. Et auraient même sur place l'un des contingents les plus importants, proportionnellement à la population de notre pays.

Aujourd'hui, les départs se feraient plus souvent par l'Allemagne, et Düsseldorf, pour rejoindre la Turquie, avant de passer la frontière syrienne. Car chez nous, les contrôles ont été renforcés. Et plusieurs candidats au voyage ont été bloqués.

Alors une intervention militaire internationale dissuadera-t-elle ces musulmans radicalisés de partir ? Ou au contraire convaincra-t-elle ceux qui hésitent, car ils y verraient une forme de légitimation ? A Vilvorde en tout cas, on annonce une vigilance maximale.

A.L. avec J. Katz

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK