Dix et huit ans de prison pour un trio qui avait volé et violenté un chauffeur de taxi

Dix et huit ans de prison pour un trio qui avait volé et violenté un chauffeur de taxi
Dix et huit ans de prison pour un trio qui avait volé et violenté un chauffeur de taxi - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Deux jeunes Bruxellois qui avaient volé et frappé un chauffeur de taxi en août 2016 ont été condamnés lundi à huit ans de prison par la cour d'appel de Bruxelles, tandis qu'un troisième individu a écopé de dix ans de réclusion. La victime s'était retrouvée en incapacité de travail durant plus de quatre mois et a été frappée si durement que les médecins ont eu besoin de 40 plaques de métal et de 140 vis pour soigner toutes les fractures de son visage. Deux des prévenus ont reconnu avoir été présents lors des faits mais ils ont nié avoir porté des coups, tandis que le troisième a affirmé ne pas être impliqué.

Le 12 août 2016, un chauffeur de taxi de Hasselt a reçu une demande pour transporter un client de Bilzen jusqu'à Bruxelles. Un prix de 160 euros avait été fixé pour cette course et devait être payé par un frère du client une fois le véhicule arrivé dans la capitale. Sauf que ce sont finalement deux amis de la personne transportée qui se sont présentés. Tous ensemble, ils s'en sont ensuite pris au chauffeur.

Un passant l'emmène à l'hôpital

L'homme a reçu une pluie de coups et de coups de poing, après quoi les voleurs se sont enfuis avec son argent et son GPS. Un passant a découvert la victime grièvement blessée et l'a emmenée avec le taxi jusqu'à l'hôpital. Elle est restée en incapacité de travail durant quatre mois.

Un seul des trois suspects s'était présenté à son procès en première instance. Ils ont par contre tous trois comparu devant la cour d'appel de Bruxelles. Deux d'entre eux ont reconnu avoir été présents lors des faits mais ont assuré ne pas avoir frappé le chauffeur de taxi. Ils ont pointé du doigt le troisième individu, qui a à nouveau nié tout implication.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK