Dix ans après le 1er rapport sur la pauvreté infantile, "rien n'a changé, les chiffres sont affolants"

La Convention internationale des droits de l’enfant célèbre ses 30 ans d’existence. Sur les 197 États signataires de la Convention, 196 ont ratifié la Convention, soit la quasi-totalité des Etats signataires.


►►► A lire aussi : La Convention des droits de l’enfant a 30 ans, qu’est-ce que c’est ?

►►► A lire aussi : Pauvreté, harcèlement, exclusion scolaire… Où en sommes-nous en Belgique avec les droits de l’enfant ?


Il y a dix ans, un rapport du Délégué général aux droits de l’enfant en Belgique francophone, Bernard De Vos, sur les conséquences de la pauvreté sur les enfants, les jeunes et leur famille avait été transmis aux autorités politiques. Les manquements étaient très importants. Un droit de suite a été réalisé et les résultats ont été publiés ce mercredi.

"Nous avons réalisé une grande "tournée" de plusieurs dizaines de jours, à la rencontre d’un public vivant en situation de pauvreté dans tous les coins de la Région wallonne. Ce grand tour nous a littéralement donné le tournis : à l’évidence, les réalités douloureuses dont nous avions été témoins il y a dix ans ne se sont pas allégées. Au contraire, partout où nous sommes allés, au cours de chacune des rencontres, le constat est affligeant : la pauvreté, malgré les plans et les louables intentions politiques en la matière, est bien loin d’avoir reculé. Dix ans après, rien n’a changé. Dix ans plus tard, c’est en réalité bien pire."

Logements non adaptés ou insalubres, dettes, problèmes pour se nourrir, se laver, se vêtir, exclusion sociale, impossible d’honorer les frais scolaires : les enfants pâtissent directement de toutes ces difficultés, malgré les efforts des parents pour qu’ils ne manquent de rien, précise le rapport. 

Les publics les plus vulnérables restent les familles nombreuses, les femmes, les familles monoparentales et les familles nombreuses. "D’anciens publics, considérés alors comme nouveaux, continuent de se précariser."

Définir la pauvreté : le taux de déprivation

Un des indicateurs qui permet de mesurer cette pauvreté, c’est le taux de déprivation. Il mesure les difficultés quotidiennes des enfants, qui peuvent être différentes de celles de leurs parents. Ce taux se base sur 17 critères considérés comme nécessaires pour tout enfant vivant en Europe (ils sont identiques peu importe le niveau de richesse du pays) : l’enfant mange-t-il des fruits et légumes? Vit-il dans un logement chauffé ? Participe-t-il aux voyages scolaires ?,….

Et ce taux est différent selon les Régions en Belgique : 29% des enfants à Bruxelles, 22% en Wallonie et 8% en Flandre. "La pauvreté c’est l’insulte majeure pour la convention des droits de l’enfant. A l’épreuve de la pauvreté, aucun pays ne résiste. Si on parle de droit à la scolarité on voit que les enfants de familles pauvres n’ont pas le même parcours que les enfants qui vivent dans des milieux socio économiques plus favorisés. Les chiffres sur la pauvreté infantile sont galopants. J’espérais que dix ans après ce rapport, on allait retrouve une meilleure situation, mais rien n’évolue. Notre travail empirique confirme les chiffres affolants."

Un enfant sur quatre vies sous le seuil de pauvreté en Wallonie, quatre enfants sur dix à Bruxelles. Via ce rapport, Bernard De Vos veut lancer un cri d’alarmes aux politiques. "Il ne faut pas espérer réparer les questions liées à la pauvreté des enfants sans s’attaquer à la pauvreté des parents. A la marge, les communautés et régions peuvent compenser en offrant des services collectifs de qualité, en commençant par l’accueil de la petite enfance, en poursuivant avec une école équitable et égalitaire, en travaillent sur l’inclusion de tous les publics."

Seul un enfant sur trois a une place en crèche en Fédération Wallonie-Bruxelles

L’accès aux services de garde est effectivement essentiel pour le développement de l’enfant, mais est largement déficitaire en Fédération Wallonie-Bruxelles. Les 1000 premiers jours d’un enfant sont parmi les plus formateurs de sa vie, indique le rapport. Ils constituent le socle de son développement et sont à la base des schémas qu’il adoptera tout au long de sa vie. La qualité de l’environnement et des interactions avec l’entourage jouent un rôle décisif sur le développement de l’enfant.

"En Fédération Wallonie Bruxelles, alors que les spécialistes indiquent que la priorité est d’avoir une place en crèche car ça influencera le parcours de chaque enfant. Pour l’ensemble de la Fédération Wallonie Bruxelles, on a un taux de couverture de 35%, ça veut dire que seul un enfant sur trois a une place. Mais si on compare entité géographique par entité géographique, on réalise que certaines sont prospères. C’est le cas de la Hulpe, Lasne avec un taux qui dépasse les 60, 70%. Alors que dans d’autres, comme Anderlecht, Molenbeek ou certains coins de Charleroi et dans le Hainaut, on est à 10, 12, 17%", précise encore Bernard De Vos.

En résumé, des crèches ont ouvert majoritairement dans les zones prospères ou la demande était importante. "La demande est importante dans les régions prospères ou les deux parents travaillent. Mais à côté de ça, on a oublié qu’il y avait un besoin qu’il fallait pressentir. Aucun parent ne peut considérer qu’on peut élever et éduquer ses enfants 24h/24h en étant toujours au point. Donc, des parents qui ont déjà des lacunes culturelles, intellectuelles se retrouvent avec des enfants en bas âge 24h/24h."

Les milieux d’accueil de la petite enfance peuvent également apporter des résultats positifs au niveau des familles : des chances d’emploi pour les mères, une réduction de la pauvreté des familles, une amélioration des compétences parentales et une plus grande cohésion au niveau de la famille et de la communauté.

"Le plan crèche"

Pourtant, fin de la précédente législature, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a lancé un grand "plan crèche" avec la création de 2000 places. Un budget évalué à 150 millions, alors qu’on sait qu’il n’y a qu’une dizaine de places disponibles. "Les économistes disent qu’il n’y a pas de dépenses en matière de la petite enfance, il n’y a que de l’investissement. Quand on met 1 euro dans les 1000 premiers jours de la vie, on se garantit une économie entre 4 et 8 euros avant les 18 ans de l’enfant."

Le pacte d’excellence a mis une priorité sur les maternelles. "On va dans la bonne direction. Si ce n’est que tous les systèmes scolaires qui se sont réformés de manière cohérente, ont d’abord réformé le secteur de la petite enfance, ce qu’on n’a pas fait chez nous. On va dans le bon sens en mettant les moyens chez les plus petits, mais il faut commencer encore plus petit."

Le secteur estime en fait qu’il faudrait créer 265 nouvelles crèches. Mais selon le Délégué, c’est infaisable. "A budget inchangé, la ministre de la Petite enfance n’aura pas les moyens. Il y a 6 ou 10 ou 20 millions disponibles avant la fin de la législature mais je serais surpris que les 150 millions nécessaires soient là."

Consultez le rapport du Délégué général

null

null

La Semaine Viva - Bernard Devos sur les droits des enfants

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK