Dites le avec des fleurs ... équitables

RTBF
RTBF - © RTBF

Un bouquet de roses pour la St Valentin, un grand classique mais qui reste une valeur sûre pour la fête des amoureux. C'est bien simple, les fleuristes et les grossistes en fleurs réalisent une bonne partie de leur chiffre d'affaire à cette période ci de l'année.

Mais pour satisfaire l'énorme demande, la majorité des roses sont importées des pays du sud, principalement du Kenya.  Et parmi toutes ces roses certaines ont été cultivées, récoltées et emballées dans des coopératives labellisées "commerce équitable".
Nous les aimons un peu, beaucoup, passionnément, à la folie. Au rayon des cadeaux, les fleurs restent une valeur sûre et au royaume des fleurs c'est la rose qui est la reine. Mais la production locale ne suffit pas à satisfaire l'énorme demande. Et contrairement à ce que l'on croit la plupart des roses vendues chez nous proviennent du Kenya et non des Pays-Bas, par lequel elles ne font que transiter. Aujourd'hui une grande partie des fleurs coupées nous viennent des pays du sud comme le Kenya, l'Equateur, la Colombie et le Zimbabwé qui sont devenus ainsi les plus grands producteurs de fleurs. Dans le Sud, 200.000 personnes, des femmes pour la plupart, sont employées dans la production des fleurs et pas toujours dans de bonnes conditions de travail. Mais un achat éthique est possible. Certaines de ces fleurs importées portent le label Max Havelaar. Elles ont été cultivées, récoltées et emballées au Kenya dans coopératives labellisées "commerce équitable". En matière sociale, les normes fixées par ce label imposent notamment le salaire minimum, des temps de pause ou encore la liberté syndicale. Ce label offre également des garanties au niveau environnemental. Il interdit par exemple l'utilisation d'une série de pesticides nocifs et incite les plantations à investir dans des systèmes d'utilisation limitée d'eau et d'énergie.

Ces fleurs sont vendues chez nous uniquement en bouquet tout fait et dans certaines grandes surfaces seulement. Les bouquets ne coûtent pas plus cher que les autres et sont faciles à reconnaître: ils portent le label vert et bleu de Max Havelaar et comportent sur leur emballage une notice explicative. L'importation des fleurs en provenance du Sud est donc bel et bien une réalité. Et contrairement à ce que l'on croit, même exportées par avion, les roses cultivées au Kenya produisent cinq fois de CO2 que les mêmes roses produites aux Pays-Bas dans des serres chauffées et éclairées.

Tant qu'à offrir des roses autant le faire en toute connaissance de cause.

(Anne Schiffman)

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK