Dites 333, comme la première voiture électrique belge

L'E-Car, 100% électrique, 100% belge, sera bientôt sur nos routes
L'E-Car, 100% électrique, 100% belge, sera bientôt sur nos routes - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

L'E-Car 333 a été présentée en marge du Salon de l'Auto. Dans le Palais onze, elle trône jusqu'à dimanche au milieu de voitures de luxe et de prestige. Elle n'est pas encore commercialisée, mais accumule les tests. Six versions vont découler d'un seul châssis. Pièces et main-d’œuvre sont belges. De la conception à la fin de vie, tout est pensé pour éviter les dégâts à l'environnement.

Vue de profil, elle épouse des formes modernes jusqu'au dernier cinquième du châssis. Cette partie-là tient plutôt du scooter. Et pour cause: cette E-Car est un trois-roues, deux à l'avant et pas seulement pour assurer une meilleure stabilité: "C'est plus économique, parce que c'est un entraînement direct sur la roue arrière. C'est donc beaucoup plus simple techniquement", explique son concepteur, Xavier Van der Stappen. "Par exemple, il n'y a pas de boîte de vitesses, c'est plus efficace et moins glouton. Il y a cinq ans, Xavier Van der Stappen a commencé l'étude de ce trois-roues, trois places et autonomie maximale de 300 kilomètres, d'où l'identité complète: E-Car 333.

Le design est soigné, tant la carrosserie que l'habitacle: "il faut interpeler sans choquer et mettre en confiance l'utilisateur", précise l'un des partenaires du projet, Michael Verleyen, de l'agence iol Strategic Design, spécialisée dans le design industriel. "L'acheteur sera d'abord séduit visuellement, ensuite par les finitions, par l'aspect ergonomique, pratique, d'utilisation." D'un seul châssis, six versions sont prévues, jusqu'au véhicule utilitaire, par exemple pour des petites livraisons.

Recyclable à 95%

C'est l'un des marchés recherchés dès lors que le premier modèle sera assemblé, pas avant un an au moins, le temps des dernières homologations, des derniers partenariats aussi. Un investissement de 500 000 Euros est nécessaire cette année pour cette voiture étonnante. 95% des éléments sont recyclables ou réutilisables, tous issus de productions et de mains d’œuvre locales, dont le lin stratifié pour la carrosserie!

Le prix de base envisagé frôle les 20 000 Euros, hors primes et aides. La future usine d'assemblage sera localisée à proximité d'un partenaire ou d'un investisseur majeur. La production sera réalisée en série limitée, pas question de concurrencer les gros industriels du secteur. Mais ce concept de production locale est exportable dans de nombreux pays.

Dominique Delhalle

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK