Disparition de Maddie McCann : retour sur 13 ans de fausses pistes, d'hypothèses douteuses et d'accusations gratuites (ligne du temps)

Va-t-on enfin connaître la vérité sur la disparition de la petite Madeleine Beth McCann après plus de 13 ans de mystère ou la piste du délinquant sexuel allemand de 43 ans est-elle la enième voie sans issue dans laquelle l'enquête risque de se perdre à nouveau ?  

Car depuis ce funeste 3 mai 2007, date à laquelle Maddie McCann disparaît de sa chambre à l'Ocean Club de Praia da Luz au Portugal, les différentes pistes explorées n'ont mené à rien, si ce n'est à alimenter les tabloïds capables des hypothèses les plus folles. Le fait que ses parents l'aient laissée seule pour aller dîner avec des amis non loin de là au restaurant du centre de vacances, sans même verrouiller les portes, a d'emblée plongé cette affaire dans une atmosphère de suspicion. Netflix lui-même y est allé de sa version dans une mini-série en huit épisodes. 

10 images
The Ocean Club vu du ciel, le lieu de villégiature où se trouvait la famille McCann au moment de la disparition de la petite Madeleine. © Jeff J Mitchell

S'en suit une enquête caractérisée par de nombreux appels à témoins, diffusions de portraits-robots, agresseurs présumés. Mais la police portugaise jettera finalement l'éponge en 2008 après quatorze mois de recherches infructueuses dont le point d'orgue fut la mise en examen de Kate McCann, la mère de Maddie.  

L'escapade

À peine l'alerte lancée, les forces de l'ordre penchent pour une escapade. Les recherches se poursuivent jusque très tard dans la nuit avec l'aide des habitants du village de Praia da Luz et du personnel du complexe. Par précaution, la police des frontières et les aéroports sont mis en alerte.

10 images
Les parents de Madeleine montrent le type de vêtement que la fillette portait au moment de sa disparition. © Miguel Villagran

L'enlèvement

Mais très vite, la piste de l'enlèvement est évoquée. Une famille irlandaise, les Smith, aurait vu un homme transporter une petite fille en pyjama rose, le soir de la disparition, vers 22 heures. "La fille avait environ 4 ans. Elle ressemblait à ma petite-fille : cheveux blonds, visage pale, typiquement anglaise, l'homme n'avait pas l'air d'un touriste", affirmera d'ailleurs Martin Smith.

10 images
© VASCO CELIO

Le réseau pédophile

Un mois plus tard, en juin 2007, tandis que l'avis d'Interpol est répercuté dans le monde entier et que la famille de la petite Maddie lance un site internet afin de recueillir fonds et informations, la ministre de la Justice allemande, Brigitte Zypries, lance une bombe lors d'une réunion du G8. La disparition aurait été causée par un réseau pédophile. Une hypothèse qui reviendra à plusieurs reprises, alimentée au rythme des nombreux témoignages allant dans ce sens. 

Les parents sous accusation

10 images
La presse portugaise annonce que les époux McCann sont inculpés pour la disparition de leur fille Madeleine. © Mike Hewitt

Nouveau rebondissement, début septembre 2007. La police portugaise inculpe Kate McCann, la maman de Madeleine. Selon eux, elle aurait accidentellement tué sa fille. Ils se basent sur l'analyse de tâches de sang retrouvées sur divers objets et vêtements. Gerry McCann, le père, sera lui aussi inculpé peu après. Une piste qui suscite autant l'émotion que l'indignation. Journaux et tabloïds se déchaînent à charge et à décharge des parents. Les poursuites seront finalement abandonnées en juillet 2008 en même temps que le ministère public classe l'affaire.

La piste des pédophiles belges

Un mois plus tard, en août 2008, l'information selon laquelle la police britannique aurait reçu des informations mettant en cause un réseau pédophile belge ayant agi sur "commande" paraît dans plusieurs tabloïds britanniques. Depuis le mois de mars, une enquête serait en cours. 

Les tabloïds racontent qu'une personne en lien avec le réseau aurait pris une photo de Maddie quelques jours avant sa disparition lors de ses vacances avec ses parents à Praia da Luz. L'auteur du cliché l'aurait ensuite envoyée à un "acheteur" ou aux dirigeants du réseau pédophile en Belgique. L'acheteur aurait estimé que la petite fille, âgée de près de 4 ans, convenait. Madeleine McCann aurait ensuite été enlevée trois jours plus tard.

130 fois signalée en Belgique

Ce n'est pas la première fois que la Belgique est évoquée dans ce dossier. La fillette avait soi-disant été aperçue à Tongres, mais une analyse ADN de la bouteille de milk-shake à laquelle l'enfant avait bu s'était révélée négative. Au total, quelques 130 personnes ont fait état de la présence de la fillette en Belgique depuis sa disparition, en mai 2007, toutes ces signalisations ont été vérifiées par la cellule disparitions, aucune n'a abouti. 

Maddie n'était pas à Molenbeek

Le livre du scandale

10 images
Gonçalo Maral, l'ex-chef inspecteur de l'affaire McCann et son ouvrage choc "Maddie: l'enquête interdite". © ANTONIO COTRIM

Mai 2009. Nouveau rebondissement. Gonçalo Amaral, l'ex inspecteur-chef portugais en charge de l'enquête publie le livre Maddie, l'enquête interdite. Dans son ouvrage il persiste à soutenir la thèse du décès accidentel et réclame "que justice soit faite".

Toujours selon Gonçalo Amaral, Maddie est morte dans l’appartement de l’Ocean Club le 3 mai 2007 peu après l'avoir récupérée à la garderie. Les époux McCann auraient ensuite dissimulé le corps, "peut-être dans un égout", selon Gonçalo Amaral. Le tout, par crainte de devoir justifier leur négligence vis-à-vis de leur fille, "alors même qu'ils sont médecins".

Les époux McCann assigneront Amaral en justice pour diffamation suite aux propos tenus dans ce livre. 

Le rôdeur "très laid"

10 images
© Tous droits réservés

De leur côté, les parents continuent leurs recherches. En mai 2009 également, ils publient le portrait-robot d'un homme décrit comme "très laid" qui aurait été aperçu plusieurs fois à proximité de l'appartement que louait la famille.

Le dessin d'artiste représente un homme aux cheveux courts et sombres avec une peau grêlée et un grand nez, aperçu en train d'observer l'appartement des McCann. La description a été donnée par une Britannique en vacances qui a indiqué avoir vu cet homme à deux reprises dans les jours précédant la disparition de Maddie, le 3 mai 2007. Le 29 avril, elle a repéré cet homme qui "agissait de manière suspecte" et, trois jours plus tard, il se trouvait devant l'appartement des McCann.

Cela rejoint les témoignages de deux autres personnes, une écolière de 12 ans et un homme du Cheshire, ayant également signalé la présence d'un homme surveillant le logement dans les jours précédant la disparition.

Un couple de pédophiles écossais

10 images
© Tous droits réservés

Il faudra attendre 2011 pour que Scotland Yard relance l'affaire. La presse britannique révèle en effet que deux Ecossais auraient été auditionnés. Charles O’Neil et de William Launchlan, deux pédophiles connus des services de police écossais et déjà condamnés par le passé, auraient voyagé au Portugal en 2007. L'un des deux, Charles O’Neil, ressemble beaucoup à l'un des suspects aperçu en train de rôder autour du complexe de vacances de Praia da Luz. C’est sans doute l’une des pistes les plus solides, mais la police n’a jamais pu prouver l’implication des deux Ecossais dans l’enlèvement.

Parallèlement, le Daily Mail évoque les propos d'un détective privé, Marcelino Italiano, selon lequel Maddie McCann se trouverait aux Etats-Unis, victime d'un réseau d'exploitation sexuelle.

La piste du couple "adoptif" franco-belge

Toujours en 2011, des touristes américains en voyage en Inde, à Leh, affirment avoir aperçu Maddie McCann. La fillette vivrait avec un couple dont la femme est française et le père belge. La police locale aurait prélevé l’ADN de la petite fille afin de vérifier s’il s’agit de la disparue anglaise.

Encore une fois, cette histoire rapportée par les tabloïds anglais s'avère être une fausse information. Tant les détectives privés qui travaillent pour la famille que le chef de la police régionale indienne affirment n'avoir rien trouvé allant dans ce sens. "J'ai vérifié et revérifié auprès de mes officiers à Leh et ils m'ont catégoriquement affirmé qu'ils n'avaient pas trouvé la fillette". 

10 images
© MELANIE MAPS

Le retour du réseau pédophile

En 2013, à quelques mois d'intervalle, policiers britanniques et portugais rouvrent l’enquête. Parmi les pistes, celle d'un réseau pédophile organisé. Une hypothèse qui s'appuie notamment sur le témoignage d'un chauffeur de taxi ayant pris en charge les kidnappeurs et la petite fille. Le réseau disposerait de plusieurs complices et de moyens conséquents.

De leur côté les policiers britanniques annoncent être également à la recherche d'un délinquant sexuel. Entre 2004 et 2006, l'homme aurait agressé sexuellement cinq fillettes, âgées de 7 à 10 ans, qui se trouvaient dans leur lit, lors de quatre incidents distincts.

Cet homme, non identifié, est soupçonné d'être entré par effraction entre 2004 et 2010 dans des maisons, pour la plupart des résidences occupées par des familles britanniques en vacances dans la région de l'Algarve où a disparu Madeleine McCann.  Le suspect est décrit par les témoins comme un homme à la peau bronzée, aux cheveux bruns et hirsutes, s'exprimant en anglais avec un accent étranger. Une piste qui demeurera cependant sans résultat probant. 

Le corps d'un enfant décomposé découvert...en Australie

C'est en juillet 2015 que l'affaire change d'hémisphère. En cause, une valise retrouvée par un motard en Australie en bordure d'autoroute. Valise dans laquelle se trouvait le corps d'un enfant en état de décomposition avancée. Les vêtements présents également dans la valise, robe, chaussons, etc. laissent penser qu'il s'agît d'une fillette. Les premières analyses concluent que le cadavre est celui d’une petite fille de 2 ou 3 ans, aux cheveux clairs, probablement décédée en 2007. L'Angleterre retient son souffle, mais une fois encore cette piste n'est pas la bonne, les tests ADN ne sont pas concluants.

Maddie McCann: les policiers vont tester l'ADN d'un corps retrouvé en Australie

La serveuse bulgare

10 images
Luisa Todorov, la serveuse bulgare longtemps recherchée par la police britannique dans l'affaire Maddie McCann. © Capture d'écran/Youtube

Nouveau rebondissement en 2017 lorsque DAily Mail, encore lui, affirme qu'un criminologue espagnol a identifié la mystérieuse femme recherchée par la police britannique et qui pourrait se révéler détenir des informations importantes à propos de la disparition en mai 2007 de Maddie McCann. Les enquêteurs recherchaient une femme originaire d'Europe de l'Est qui résidait à proximité de l'hôtel au moment des faits.

Selon le criminologue Heriberto Janosch Gonzalez, il s'agirait d'une serveuse bulgare de 58 ans nommée Luisa Todorov. Son mari et elle travaillaient à l'hôtel Ocean Club au moment de la disparition de la fillette. Ils avaient fait une déposition à la police cinq jours après les faits, précisant ne rien savoir de cette affaire mais la femme avait été vue à plusieurs reprises devant l'appartement des McCann mais également peu après la disparition.

 

Martin Ney, le prédateur-pédophile allemand

10 images
Martin Ney, prédateur sexuel allemand condamné à perpétuité pour le viol et le meurtre de trois enfants a été soupçonné en 2019 d'être à l'origine de la disparition de Madeleine McCann © Tous droits réservés

L'an dernier, c'est au tour de Martin Ney d'être suspecté par la police portugaise de la disparition de la petite Madeleine McCann. Ce pédophile allemand de 48 ans condamné à perpétuité en 2011 pour avoir enlevé et tué trois enfants était en effet présent en Algarve au moment de la disparition de la fillette en 2007.

Il aurait d'ailleurs abordé plusieurs enfants dans la station balnéaire de Praia da Luz à l'époque. Ici aussi cela ne donnera rien de probant. L'annonce de ce jeudi 4 juin relative à un pédophile allemand a ravivé l'idée que Martin Ney pouvait être responsable de la disparition. Cependant l'âge du nouveau suspect, 43 ans, ne correspond pas à celui de Martin Ney.  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK