Disparition d'Estelle Mouzin : les fouilles toujours infructueuses dans les Ardennes

Une deuxième journée de recherches mardi dans les Ardennes françaises des restes d’Estelle Mouzin, que Michel Fourniret a avoué avoir tuée en 2003, s’est révélée infructueuse, mais les enquêteurs sont convaincus d’être sur une piste "très sérieuse", selon les avocats saisis de l’affaire.

Ces recherches, guidées par l’ex-épouse et complice du tueur en série, Monique Olivier, vont se poursuivre jusqu’à la fin de la semaine, a indiqué à la presse l’avocat de Monique Olivier, Me Richard Delgenes.

Deux pelleteuses ont poursuivi dès 8h00 du matin les travaux entamés lundi, retournant parcelle par parcelle les abords d’un chemin du bois communal d’Issancourt-et-Rumel. Comme lundi, un archéologue en soutien des équipes de l’identification criminelle a participé aux opérations. Un drone était également mobilisé.

Le site se situe à 4 km de Ville-sur-Lumes, où, selon l’ex-épouse de Fourniret, celui-ci a séquestré, violé et tué Estelle, dans une maison de sa sœur.

La zone avait été désignée par Monique Olivier à la juge d’instruction Sabine Kheris lors d’un interrogatoire le 1er avril.

La complice de l'"Ogre des Ardennes" avait alors reconnu pour la première fois un rôle dans la séquestration d’Estelle Mouzin, enlevée à neuf ans voici 18 ans sur le chemin de l’école à Guermantes (Seine-et-Marne).

Archives JT 2019:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK