Disparition d'Estelle Mouzin : dix-sept ans d'enquête et de soupçons autour de Michel Fourniret

Ce vendredi 21 août, Monique Olivier, l’ex-femme de Michel Fourniret, a rouvert une nouvelle fois un dossier judiciaire français qui dure depuis dix-sept ans, en accusant une nouvelle fois son ancien mari d’avoir violé, séquestré et assassiné Estelle Mouzin, disparue en 2003. Le 9 janvier de cette année, Estelle, âgée de 9 ans, sort de l’école pour rejoindre son domicile, à Guermantes en Seine-et-Marne, en France. C’est à partir de ce moment-là qu’on perd sa trace.

L’enquête est difficile. Il n’y a pas de témoins directs pour permettre aux enquêteurs d’avancer. A l’époque, des recherches, des fouilles sont organisées en divers endroits mais rien ne permet de retrouver la trace de la fillette. Très vite, l’enquête s’enlise et se perd, faute de savoir dans quelle direction chercher.

Les avis de recherche publiés et affichés dans la région de la disparition et dans les commissariats de police du pays n’aideront pas, si ce n’est en mettant chaque fois les enquêteurs sur de mauvaises pistes.

Michel Fourniret est arrêté quelques mois plus tard pour une autre affaire d’enlèvement

Quelques mois après la disparition, sans qu’on établisse le lien à l’époque, Michel Fourniret est arrêté. Le 26 juin 2003, à Ciney, il a enlevé une adolescente de 13 ans sur le chemin de l’école. Alors que le véhicule de Michel Fourniret s’arrête à un carrefour, la jeune fille enlevée parvient à s’échapper. Un automobiliste relève la plaque du véhicule, un témoignage qui permet de remonter jusqu’à Michel Fourniret et de l’arrêter.


►►► À lire aussi : Disparition de Maddie McCann : retour sur 13 ans de fausses pistes, d'hypothèses douteuses et d'accusations gratuites (ligne du temps)


Lors de l’enquête et lors de ses auditions, Michel Fourniret avouera une longue série d’enlèvements et de meurtre, dont celui d’Elisabeth Brichet. Il sera interrogé au sujet d’Estelle Mouzin. Il niera toute implication dans la disparition de cette dernière. Il sera écarté de la liste des suspects grâce à un alibi, un coup de téléphone passé depuis son domicile dans les Ardennes françaises.

Michel Fourniret et son épouse, Monique Olivier ont été condamnés en 2008 à Charleville-Mézières pour meurtres et assassinats de 7 jeunes filles.

L’alibi de Fourniret pour l’enlèvement d’Estelle Mouzin vole en éclat en 2019

En novembre 2019, Monique Olivier permet aux enquêteurs de faire le lien entre Michel Fourniret et la disparition d’Estelle Mouzin. Elle détruit l’alibi de son ex-mari en expliquant qu’en réalité, c’est elle qui a passé le coup de fil qui a permis de disculper Michel Fourniret. Elle explique avoir réalisé cet appel téléphonique à la demande de son ex-mari. N’étant pas présent à son domicile dans les Ardennes françaises le 9 janvier 2003, il pouvait très bien se trouver en Seine-et-Marne.


►►► À lire aussi : Coronavirus et enfance maltraitée : les signalements ont doublé voire triplé chez Child Focus depuis le confinement


En novembre 2019, cet élément permet donc aux enquêteurs de mettre Michel Fourniret en examen pour "complicité d’enlèvement et séquestration suivis de mort" et de le réinterroger sur l’affaire Estelle Mouzin. Ces interrogatoires permettent d’obtenir des aveux de la part de Michel Fourniret qui admet sa participation dans la disparition d’Estelle Mouzin. L’ex-épouse, Monique Olivier, qui explique par la suite aux enquêteurs comment Michel Fourniret a séquestré et tué Estelle Mouzin dans le domicile familial de Ville-sur-Lumes est également mise en examen pour "complicité d’enlèvement et séquestration suivis de mort" dans cette affaire.

En juin 2020, des fouilles ont été entreprises dans les Ardennes françaises, dans la maison qu’occupaient Michel Fourniret et son ex-épouse à Ville-sur-Lumes. Ces fouilles n’ont pas permis de retrouver le corps d’Estelle Mouzin.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK