Comment sortir du "tout au diesel" ? Relisez le chat

Comment sortir du "tout au diesel" ?
Comment sortir du "tout au diesel" ? - © Archive BELGA / BRUNO FAHY

L'OMS vient officiellement de classifier le diesel parmi les substances cancérigènes. Une dangerosité connue de longue date mais qui n'avait pas, jusqu'ici, emporté de décision politique visant à remettre en cause la place privilégiée donnée aux moteurs diesel. Mais les choses pourraient changer. A Bruxelles, une nouvelle législation pourrait voir le jour. Nous avons évoqué ces questions avec Mikaël Angé, Directeur de cabinet adjoint de la ministre bruxelloise de l'Environnement Evelyne Huytebroeck.

L'Organisation mondiale de la santé l'établit désormais: les particules fines émises par les moteurs diesel sont extrêmement nocives pour la santé et peuvent être à l'origine de cancers du poumon, voire de la vessie.

Or, les choix politiques opérés en faveur de ce type de motorisation (accises moins élevées, primes, etc.) ont contribué à rendre les véhicules roulant au diesel prépondérants sur nos routes, en ville comme en zone rurale. Aujourd'hui, la prise de conscience est bien là, mais comment inverser la vapeur ? Quelles mesures prendre pour limiter le nombre des véhicules diesels sans pénaliser les utilisateurs ? Faut-il aller vers une interdiction des moteurs diesels ? Pour Mikaël Angé, il est impératif que le fédéral prenne ses responsabilités. Les régions, dit-il, ne détiennent qu'une partie des compétences. Sur le plan fiscal par exemple, c'est au ministre des Finances fédéral d'agir. Mikaël Angé déplore encore l'absence de cadre formel au plan européen pour limiter l'usage du diesel; et il dit espérer que la décision de l'OMS servira d'incitant à l'Union et aux Etats membres pour agir en ce sens.

Les futurs bus de la STIB ne pourront plus rouler au diesel

A Bruxelles, une nouvelle législation est en préparation, qui vise à limiter les véhicules diesel dans les flottes publiques (Bruxelles Propreté, véhicules de services des administrations, Service d'incendie...). D'ores et déjà, il semble acquis que la STIB ne pourra plus acquérir de bus roulant au diesel après 2014. Mais de telles mesures sont-elles suffisantes ? Et les alternatives existent-elles ? Le conseiller de la ministre Ecolo évoque notamment les bus hybrides, ou les bus roulant au gaz naturel; et il dit regretter les décisions du passé qui ont mis fin à des expériences intéressantes.

Réagissant aux propos d'internautes, il convient avec eux que c'est peut-être toute notre conception des déplacements qu'il faut revoir, en favorisant par exemple les modes de mobilité doux, ou en privilégiant un aménagement du territoire qui limite les déplacements en véhicule à moteur. Quoi qu'il en soit, dit-il, il n'y a pas une solution unique, mais un panel de solutions qu'il s'agit d'articuler pour rendre possible la "sortie du diesel".

Thomas Nagant

Pour relire le chat, cliquez dans la case ci-dessous

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
Soir Première
en direct

La Première Bxl

Soir Première