Diacre suspecté d'euthanasie à Welvegem: des familles inquiètes se manifestent

Diacre de Wevelgem: des familles inquiètes se font connaître
Diacre de Wevelgem: des familles inquiètes se font connaître - © OLIVIER VIN - BELGA

La police et l'hôpital du Sacré-Coeur de Menin ont reçu des appels téléphoniques de familles de possibles victimes du diacre de Wevelgem, rapportent vendredi plusieurs journaux.

"Il est difficile pour nous de contrôler si les personnes dont on nous parle, sont effectivement des victimes dans cette affaire. A l'heure actuelle, nous ne disposons pas encore d'une liste de noms des victimes", réagit la porte-parole de l'hôpital. Pendant la période de 30 ans durant laquelle le suspect était employé à l'hôpital, au moins 400 patients sont décédés, rappelle-t-on.

Selon le parquet, le diacre de 57 ans aurait tué plusieurs personnes entre le début des années 90 et 2011.

Les questions posées à l'hôpital concernent des patients qui y sont décédés durant cette période. "Le service de médiation peut agir sur deux plans. D'abord, les renvoyer vers leur médecin de famille afin de consulter le dossier médical, ce qui est la procédure légale normale. Mais, ils peuvent aussi, si nécessaire, prendre contact avec le médecin qui était responsable du patient au moment de l'hospitalisation", souligne Mme Beuselinck. Le service de médiation est ouvert samedi entre 13h00 et 17h00. Le service sera assurée par deux personnes à partir de mardi entre 09h00 et 12h00 et 13h00 et 17h00.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK