"Diable, c'était bien", "le chagrin des Belges": la presse remercie les Diables rouges

Les Unes de la presse au lendemain de la défaite contre la France en demi-finale de Coupe du monde.
7 images
Les Unes de la presse au lendemain de la défaite contre la France en demi-finale de Coupe du monde. - © Captures d'écran L'Echo, Le Soir, L'Avenir, La Libre Belgique, Sudpresse, La Dernière Heure

"Ils ont encouragé les Diables jusqu'au bout" (L'Avenir), "La fin du rêve" (L'Echo), "Pas moins forts qu'eux" (Sudpresse), "Ils ont brisé notre rêve" (La Dernière Heure), "Diable, c'était bien" (La Libre Belgique), "Le chagrin des Belges" (Le Soir)... au lendemain de la défaite contre la France en Coupe du monde, la presse belge se relève avec un goût amer dans la bouche, tout en soulignant le parcours exceptionnel des joueurs belges jusqu'en demi-finale.

La victoire des Bleus (1-0) est jugée décevante, mais les supporters devront retenir la formidable capacité des Diables à rassembler tous les Belges.

La gueule de bois, les yeux qui piquent et un sentiment d'inabouti

Les spectateurs n'ont "pas assisté à une rencontre flamboyante", mardi à Saint-Pétersbourg, relève Le Soir. Le match France-Belgique représentait la "quintessence du football moderne, où il n'y a pas de place pour les sentiments, mais où tout se joue sur le résultat". Et de conclure sur : "Un but. Un tout petit but. Mais un but qui change le destin. En somme : la définition du foot."

Les Belges se réveillent avec "la gueule de bois, les yeux qui piquent et un sentiment d'inabouti à travers la gorge", note également Sudpresse. Le quotidien ajoute : "Soyons-en sûrs, dans quelques jours, avec le recul, c’est surtout de la fierté, de l’émotion et de la joie que nous retiendrons de cette belle épopée russe. Parce que pendant plus d’un mois, les Diables rouges nous ont fait vivre un formidable été, un grand et magnifique rêve collectif."

Même son de cloche dans les pages de La Libre Belgique qui donne "rendez-vous dans quatre ans". "Pendant près d’un mois, les Diables rouges ont fait vibrer la Belgique, bien au-delà de leurs supporters. L’engouement qu’ils ont suscité s’est répandu dans les plus petits villages et chez nombre de personnes qui, jusqu’ici, ignoraient qui était Hazard et n’avaient aucune notion de ce qu’était un hors-jeu."

Un Marouane Fellaini la tête dans les mains, barré de ces mots : "Ils ont brisé notre rêve". C'est la Une de la Dernière Heure qui fait écho à la couverture du Soir en pages intérieures avec ce titre "Le chagrin et la fierté des Belges". "Si la Belgique ne remportera pas la Coupe du monde 2018, elle a tout de même obtenu bien plus qu’espéré à l’entame du tournoi", estime le journal.

Pour la DH, ce parcours en Coupe du monde c'est "une belle leçon de vie" qui prouve qu'"à l’heure où un peu partout en Europe, on plaide pour la fermeture des frontières (...) on peut réussir de grandes choses en venant d’horizons différents et sans même parler la même langue".

Quant à l'Avenir, le quotidien régional note que "le titre mondial restera un rêve pour la génération dorée". "La Belgique entière y a cru. Cette coupe du monde, on la voyait déjà soulevée à bout de bras par Eden Hazard dimanche à Moscou. (...) Merci quand même les Diables, pour nous avoir fait vivre un été 2018 inoubliable. Chacun a vécu cette campagne avec passion (impossible d’échapper à cette folie), y a cru et pourra dire un jour à ses enfants et petits-enfants ce qu’il faisait ce soir du 10 juillet, quand la Belgique s’est inclinée à Saint-Pétersbourg."

Les Diables se battront encore samedi lors de la petite finale du Mondial en Russie - contre la Croatie ou l'Angleterre - pour tenter de décrocher la 3e place

Au nord du pays, les journaux sont partagés entre déception et remerciements aux Diables rouges. "Merde", en français dans le texte pour De Gentenaar, "C'est fini, maar merci", écrit De Staandard qui mélange les langues. Même chose pour De Morgen qui dit "Merci" aux "Duivels". Het Laatste Nieuws et la Gazet Van Antwerpen partagent un mot : "Trots". Fiers de nos Diables.

Russie - Obelgix et Cie : les plus braves supporters

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK