Diabète: un régime riche en graisses contre l'insuffisance rénale

Un médecin examine une jeune malade du diabète à Miami le 23 septembre 2010.
Un médecin examine une jeune malade du diabète à Miami le 23 septembre 2010. - © Joe Raedle

L'insuffisance rénale entraînée par le diabète pourrait être guérie en huit semaines grâce à un régime strict riche en graisses et pauvre en glucides, selon une étude américaine réalisée sur des souris et publiée mercredi.

Le diabète, qui touche 24 millions d'Américains selon l'Institut américain de la Santé, peut entraîner d'importantes lésions rénales. Le rein, dont la fonction est de filtrer le sang, peut ainsi être saturé par le taux de sucre trop élevé entraîné par le diabète.

Ce régime appelé "diète cétogène" est souvent proposé pour soigner les enfants souffrant d'épilepsie. La diète prescrit une alimentation riche en gras et élimine toutes sources de glucides.

Le corps privé de sucres puise ainsi dans ses réserves de gras pour pomper de l'énergie et soulage par conséquent le rein.

Le régime prescrit doit être suivi sous la surveillance d'un médecin et comprend des plats riches en graisses comme par exemple de la salade trempée dans de la mayonnaise, des oeufs brouillés ou encore une omelette accompagnée de bacon et de beurre.

Pour réaliser son étude, l'équipe de médecins de l'hôpital Mount Sinai de New York a utilisé des souris présentant une prédisposition génétique au diabète.

Un premier groupe de souris a reçu une alimentation normale, consistant en grande partie de glucides. L'autre groupe a été soumis à un régime cétogène, dans lequel les graisses occupent la part la plus importante de l'alimentation.

Après huit semaines soumises à cette dernière diète, l'insuffisance rénale que présentaient les souris de ce groupe a pu être guérie, expliquent les auteurs de cette étude parue dans la revue scientifique PLoS One.

"Notre étude est la première à montrer qu'une modification du régime alimentaire permet à elle seule de guérir les complications engendrées par le diabète", assure Charles Mobbs de l'école de médecine de l'hôpital Mount Sinai.


AFP
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK