Diabète: surveiller son alimentation, la clé pour contrer cette maladie

Une chaîne de production d'insuline de Novo Nordisk, société danoise leader dans le traitement du diabète, à Chartres (France).
Une chaîne de production d'insuline de Novo Nordisk, société danoise leader dans le traitement du diabète, à Chartres (France). - © JEAN-FRANCOIS MONIER - BELGAIMAGE

Ce vendredi est la journée mondiale du diabète, l'occasion de se pencher sur cette maladie du siècle qui touche, rien qu'en Belgique, plus d'une personne sur vingt. Ce mal se caractérise par une augmentation du sucre dans le sang et, s'il n'est pas forcément mortel, entraîne des complications pour certains organes comme les reins ou le cœur.

Aujourd'hui, comme nous mangeons plus sucré dans les pays riches, il y a de plus en plus de diabétiques. Pour Julie Bernarde, diététicienne à l'hôpital Epicura à Ath, faire attention à son alimentation, c'est la meilleure manière d'éviter cette maladie.

"Il est vrai qu'il faut faire attention à ce que l'on mange, mais il faut aussi faire attention à l'hérédité, explique-t-elle. Plus on a de l'hérédité dans la famille, plus il faut surveiller cela. Il n'est pas nécessaire d'éviter complètement le sucre pour autant, il faut manger équilibré : éviter de consommer trop de graisses, trop de sucre... C'est ça le plus important."

Le consommateur est perdu

Malheureusement, il n'est pas toujours facile de savoir avec précision ce qu'on ingurgite. "Le problème, c'est que les gens travaillent de plus en plus et ont donc moins le temps de faire à manger. Il est clair que les plats préparés, tout le monde en abuse alors que faire un bête petit plat, une soupe maison par exemple, c'est rapide. Il faut que les gens prennent le temps de réaliser leurs plats eux-mêmes."

La sensibilisation de la population concernant son alimentation n'est plus suffisante : noyé dans des informations parfois contradictoires, on ne sait plus quoi penser de son assiette.

"Je pense que les gens font très attention, mais ils ont beaucoup d'informations. Que ce soit dans les magazines, à la télé... On les embrouille, ils ne savent plus trop qui croire, ni quoi faire."

Fabrice Gérard

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK