DHKP-C: l'arrestation de Bahar Kimyongür en Italie, un acharnement?

DHKP-C: l'arrestation de Bahar Kimyongür en Italie, un acharnement?
2 images
DHKP-C: l'arrestation de Bahar Kimyongür en Italie, un acharnement? - © Tous droits réservés

Bahar Kimyongür a été arrêté jeudi en Italie sur base d'un mandat d'arrêt lancé par la Turquie. Le même mandat que celui qui lui avait valu d’être déjà interpellé à deux reprises, aux Pays-Bas et en Espagne. La justice néerlandaise avait déjà refusé son extradition, et il est probable que la justice espagnole aille dans le même sens.

Bahar Kimyongür, Belge d’origine turque avait déjà été acquitté en Belgique chez nous pour sa participation alléguée à une "organisation terroriste", le mouvement d'extrême-gauche turc DHKP-C. Une saga qui donne l’impression d’un acharnement mais qui est aussi liée au curieux fonctionnement actuel d’Interpol.

En effet, après une première décision de justice très claire des tribunaux belges qui acquitte Bahar Kimyongür de tout reproche d’appartenance à une organisation terroriste, après une deuxième aux Pays-Bas qui a refusé tout net l’extradition demandée par la Turquie, après une troisième, récente en Espagne, qui a relâché très vite Bahar Kimyongür après son interpellation à Cordoue et qui a de bonnes chances d’être confirmée sur le fond, voilà un nouvel avatar italien de la requête turque.

L’avocat de Bahar Kimyongür, que nous venons de contacter, se demande pourquoi Interpol continue à faire circuler un mandat d’arrêt manifestement si contraire à des décisions de justice déjà prise dans plusieurs pays européens. Cela montre, dit-il, qu’il y a toujours un problème de cohérence dans l’espace judiciaire européen. Il espère et s’attend à une décision de la justice italienne semblable à celle prise dans les autres pays européens.

Les soutiens de Bahar Kimyongür estiment eux très ambiguë sinon suspecte l’attitude de la Belgique. Ils rappellent cette concertation en 2006 de plusieurs autorités belges, sous la houlette du parquet fédéral, de la sûreté, et de la ministre de la Justice d’alors Laurette Onkelinx, pour livrer Bahar Kimyongür à la police néerlandaise.

Et puis récemment ce renouvellement du mandat d’arrêt turc qui est intervenu juste après la visite en Turquie de la ministre de l’Intérieur, Joëlle Milquet, un lien éventuel que la ministre a vivement démenti sans réussir à convaincre les proches de Bahar Kimoyungur, justement à cause du précédent de 2006.

 

M. Molitor

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir