Deuxième au Tour de France 1955, Jean Brankart n'a pas été invité au départ de cette année

Les organisateurs du Tour de France ont cette année mis à l'honneur Eddy Merckx, gagnant de la grande boucle en 69. On sait aussi qu'ils ont un peu oublié Jean Brankart, un ancien champion cycliste belge. Il est arrivé deuxième du Tour de France en 1955. Pour ce Tour de France 2019, il n'a pas reçu d'invitation, mais il suivra sans doute ces festivités à la télévision. 

En 1958, le départ de la grande boucle a lieu aux pieds de l’Atomium. Jean Brankart, cycliste renommé, se souvient : "On partait avec une grosse valise pleine de linge et 36 choses du même acabit dont nous avions besoin pendant le Tour. On prenait une dizaine de boyaux (les pneus) et quand il pleuvait deux jours de suite pendant le Tour, il fallait qu’on lessive soi-même dans l’évier. On ne peut pas comparer cette époque-là avec aujourd’hui. Quand je vois les autocars qui les suivent et qu’ils arrivent comme des messieurs en col et en cravate… Ils ne regardent même pas après le matériel… C’est incroyable".

Jean Brankart a participé à six Tours de France. C’est en 1955 qu’il obtient son meilleur résultat et termine juste derrière la star Louison Bobet. Il se souvient : "J’ai gagné deux belles étapes, l’étape contre-la-montre et l’étape des Pyrénées. J’ai terminé deuxième au classement général". Et quand on lui demande s’il aurait pu gagner : "Oui… Si j’avais été bien aidé, bien secondé ou dans une équipe par marque, par exemple. Mais dans l’équipe nationale belge, il y avait des partis-pris, il y avait des coureurs qui tiraient à gauche d’autres à droite… Et puis, je n’étais pas un leader à ce moment-là non plus. C’était Stan Ockers qui était le leader".

Cet ancien champion ne sera pas à Bruxelles pour le départ. Il n’a pas été invité : "On a quand même fait le renom de la Belgique", dit-il. Cela lui rappelle aussi qu’il est l’un des derniers coureurs de cette époque : "Je suis le dernier des Mohicans".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK