Deux policiers flamands accusés de vol d'argent sur un migrant

Un car de la police près de la Gare du Nord à Bruxelles.
Un car de la police près de la Gare du Nord à Bruxelles. - © BERT GYSSELS - BELGA

Depuis qu’elle héberge des réfugiés du Parc Maximilien, Katel Fréson a pris l’habitude d’entendre des récits peu flatteurs sur le traitement des affaires des migrants par les policiers. Mais ici, il ne s’agit pas seulement d’un téléphone cassé ou d’un matelas éventré : l’hébergeuse porte plainte auprès du Comité P, la police des polices, pour vol d’argent. Lors d’un contrôle au commissariat de Termonde, un jeune Erythréen a subi une fouille supplémentaire, en cellule, de la part de deux agents, qui ont trouvé dans ses poches la somme de 1000 euros. "Ils lui ont donc dit qu’il avait volé", raconte Katel Fréson à la RTBF.

Ils ont empoché les billets devant lui

En pleurs, le jeune réfugié explique qu’il a emprunté cet argent à une communauté éthiopienne-érythréenne, et qu’il s’est endetté auprès de beaucoup de personnes. Mais les policiers restent intransigeants. "Ils lui ont confisqué en comptant tranquillement les billets puis les ont empochés devant lui, s’indigne Katel Fréson. Quelques heures après, ils ont décidé de le libérer, en lui faisant d’abord signer un papier en néerlandais qui disait qu’il avait reçu tous ses biens."   

Le Comité P a enregistré la plainte. Désormais, c’est à lui d’évaluer si cette confiscation est réglementaire ou s’il s’agit d’un vol caractérisé de la part des deux policiers. Ce n'est pas la première fois que des agents sont visés par des accusations de vol sur des réfugiés. Le Comité P avait été saisi en août 2017 pour des faits de racket sur les migrants installés au Parc Maximilien.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK