Détention d'Ali Aarrass : le Maroc affirme repecter les dispositions légales

En 2012, des proches d'Ali Aarrass assistaient à une audience de son procès
En 2012, des proches d'Ali Aarrass assistaient à une audience de son procès - © ABDELHAK SENNA - AFP

Les autorités marocaines disent faire l'objet d'accusations infondées du Belgo-Marocain Ali Aarrass, condamné pour terrorisme au Maroc et d'une campagne de désinformation de la part du comité de soutien de ce dernier. Elles affirment "veiller à ce que l'exécution de la peine se déroule dans les meilleures conditions possibles". "L'administration pénitentiaire notamment ne cesse de ménager ses efforts pour améliorer concrètement les conditions de détention de M. Ali Aarrass", écrivent-elles dans un communiqué envoyé à l'agence Belga.

Les autorités marocaines considèrent que les conditions de détention actuelle du Belgo-Marocain sont conformes aux dispositions légales prévues. Ali Aarrass a "le privilège d'être incarcéré seul, malgré la contrainte d'une surpopulation carcérale, dans une cellule conçue pour détenir 8 personnes et répondant aux normes requises en matière d'hygiène, d'éclairage et d'aération", relèvent-elles.

En matière de santé, Ali Aarrass a bénéficié depuis son incarcération "de nombreuses consultations médicales de différentes spécialités, aussi bien dans l'unité médicale de la prison (60 consultations, 116 diagnostics) que dans les établissements de santé publique et de médecins spécialistes hors prison (39 consultations) et de bilans biologiques et radiologiques différents (21 bilans complets)", indique le communiqué.

Voies de recours

M. Aarrass bénéficie de tous ses droits légaux et reçoit (...) sa famille (9 visites) et ses avocats (44 visites) à chaque fois qu'ils se présentent à l'établissement, poursuit le communiqué.

Le détenu belgo-marocain a par ailleurs accès au téléphone fixe de manière régulière, quatre fois par semaine en moyenne, et reçoit toutes ses correspondances, soit plus de 500 depuis le début de son incarcération, selon la même source.

"Quant à son alimentation, l'intéressé à l'instar de tous les détenus reçoit ses repas suivant un programme élaboré par l'administration. Il reçoit également le panier et les vivres qui sont remis par sa famille et par l'épicier (42 paniers)".

M. Ali Aarrass se positionne systématiquement sur le registre de la 'victime' en portant des accusations infondées à l'encontre des autorités marocaines, dénoncent ces dernières.

Le communiqué rappelle qu'Ali Aarrass s'est pourvu en cassation mais que la Cour de cassation ne s'est pas encore prononcée. Les autorités marocaines précisent qu'elles garantissent l'exercice de toutes les voies de recours jusqu'à leur épuisement. Un juge d'instruction instruit actuellement un dossier à la suite de plaintes de la part d'Ali Aarrass pour mauvais traitement. "Depuis la formulation des premières allégations de torture et de mauvais traitement à compter de son incarcération au Maroc, plusieurs mesures de vérification et d'enquêtes préliminaires ont été prises par les autorités concernées", notent encore les autorités marocaines.

Extorquer des aveux

Des ONG belges comme le MRAX et la Ligue des Droits de l'Homme réclament la libération d'Ali Aarrass, condamné en 2012 en appel à une peine de douze années de prison; jugeant que ce dernier a été torturé par les autorités marocaines en vue de lui extorquer des aveux de complicités terroristes. Le tribunal de première instance de Bruxelles a enjoint les Affaires étrangères belges à accorder une assistance consulaire au Belgo-Marocain mais celles-ci ont annoncé leur intention d'aller en appel contre ce jugement.

Ali Aarrass a été condamné à 15 ans de prison en première instance puis à 12 ans en appel au Maroc à la suite d'accusations portées à son encontre par un autre Belgo-Marocain, Abdelkkader Belliraj, qui faisait d'Aarrass un membre de son réseau. Il a été condamné pour avoir introduit des armes au Maroc, dans le cadre d'un projet de déclenchement d'une guerre sainte.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK