Des victimes du 22 mars disent ne pas avoir été invitées aux commémorations de la STIB

Life4Brussels, l’association de victimes des attentats de Bruxelles, déplore le fait que les victimes ne soient pas conviées par la STIB lors d'un dépôt de gerbes de fleurs à Maelbeek pour les deux ans des attentats de Bruxelles. Les membres de l'association se disent "consternées et blessées" par cette décision.

Pour commémorer les attentats de Bruxelles, la STIB a décidé de se contenter d'un dépôt de gerbes de fleurs. Il aura lieu le 21 mars dans la station de métro en présence de la direction de la STIB, d'une délégation du personnel, mais "sans les victimes des attentats du 22 mars 2016", dénonce l'association de victimes dans un communiqué.

Peur de l'oubli

"Les deux associations représentantes de victimes ont été associées à des réunions par Brussels Airport afin de nous faire part de leurs intentions et de nous associer clairement en nous demandant quels étaient les besoins des victimes en termes de commémorations, raconte Jamila Adda, présidente de l'association. La porte-parole de Brussels Airport confirme d'ailleurs que "les associations des victimes organisent le moment de commémoration de la façon la plus appropriée". 

D'après Life4Bruxelles, la STIB n'a quant à elle pas consulté ni invité les victimes: "Du point de vue de la STIB, ce n'est pas le cas. Nous espérons qu'elle changera d'avis et prendra en compte les désirs des victimes. Elles ne veulent pas de commémorations en grande pompe, elles veulent juste pouvoir observer une minute de silence, se réunir et déposer quelques fleurs". 

Certaines familles de victimes en colère ont contacté l'association afin d'exprimer leur mécontentement. "Elles ont le sentiment que la STIB tente de faire en sorte que l'on oublie alors que les victimes se sentent déjà pour l'instant oubliées et abandonnées", explique Jamila Adda qui espère que la STIB va changer d'avis. "Elles souhaitent pouvoir être réunies sur ces lieux qui ont scellé leurs destins le 22 mars 2016 et le rôle de l'association est de porter leurs voix, mais surtout de veiller à ce que ce devoir de mémoire soit respecté".

Le scénario de cette journée est toujours en construction

Pour sa part, la STIB assure "qu’elle ne ferme aucune porte". La société de transports bruxelloise souhaite que "victimes, personnel et voyageurs puissent commémorer avec le plus de sérénité cet événement tragique". "A ce stade, le scénario de cette journée est toujours en construction", précise-t-elle. 

V-Europe, une autre association de victimes, confirme de son côté être bien en contact avec la STIB et la chancellerie du Premier Ministre dans l'attente de plus amples informations sur l'organisation des commémorations du 22 mars.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK