Verbalisés en France à cause d'une licorne gonflable sur le toit: est-ce possible en Belgique?

Pas de chance pour ces vacanciers: le transport de leur bouée licorne sur le toit de leur voiture leur a valu une amende
Pas de chance pour ces vacanciers: le transport de leur bouée licorne sur le toit de leur voiture leur a valu une amende - © capture d'écran - Twitter

Nous en avons quasiment tous fait l’amère expérience. Gonfler une bouée, un crocodile ou bien un matelas pour se prélasser au rythme des vagues n’est jamais une partie de plaisir. Pour ne pas finir à bout de souffle, certains préfèrent garder gonflés leurs amis qui prennent forme au rythme de leurs expirations durant toute la durée de leurs vacances. C’est sans doute pour cela que des touristes de passage à Cavalaire-sur-Mer, dans le sud-ouest de la France, non loin de Saint-Tropez ont cru bon de voyager avec leur licorne gonflable sur le toit de leur voiture.

Résultat des courses : les malheureux baigneurs ont écopé d’une amende car "le chargement dépassait le gabarit du véhicule". Un coup dans l’eau puisque l’animal de plastique a dû être dégonflé afin que ses propriétaires puissent reprendre la route en toute sécurité pour eux et pour les autres véhicules. Si cela en dit long sur la législation qui encadre les chargements sur le toit des véhicules dans l’Hexagone, ces malheureux vacanciers auraient-ils pu prendre la route de la sorte en Belgique ?

Alors que bon nombre de Belges prennent la route des vacances depuis quelques semaines, l’utilisation d’un coffre de toit est parfois nécessaire. D’autres, moins équipés optent pour des méthodes plus rudimentaires, comme le montre le récent exemple des touristes interpellés en France. Mais en Belgique, que peut-on légalement entreposer sur le toit de sa voiture ?


►►► À lire aussi : Vacances en auto : voici les pièges des codes de la route à l’étranger


Longueur, largeur, hauteur: strict encadrement

Lors d’un départ en vacances, d’un court trajet ou du transport de matériaux encombrants, il arrive parfois que l’on envisage d’entreposer certaines choses, plus ou moins bien fixées sur le toit de sa voiture. C’est autorisé mais en Belgique, une réglementation très stricte encadre ce type de transport, en vertu d’un arrêté royal qui encadre l’usage de la voie publique.

Pour une voiture, la largeur du chargement ne peut pas excéder 2,55 mètres ou 2,6 mètres lorsque le véhicule a lui-même une largeur de 2,6 mètres. Une exception est toutefois octroyée aux chargements de paille, de céréales, de lin ou de fourrage en vrac, ils peuvent atteindre 2,75 mètres. Pas d’exception, donc pour votre dauphin gonflable préféré, s’il excède ces dimensions.

Concernant la longueur des matériaux transportés, ils ne peuvent pas dépasser de plus de 50 centimètres l’avant du véhicule. Pour l’arrière, cela peut aller jusqu’à 1 mètre. Une exception existe pour l’arrière du véhicule s’il s’agit de "pièces indivisibles de grande longueur" comme des planches de bois ou des barres métalliques par exemple. Elles peuvent dépasser de 3 mètres. Ici, un objet gonflable serait considéré comme divisible puisqu’il suffit simplement de le dégonfler.

La hauteur du chargement, une fois posée sur le toit de votre voiture ne peut pas faire plus de 4 mètres.


►►► À lire aussi : Vacances en voiture : 10 choses à vérifier sur son véhicule avant de prendre la route


D’autres recommandations sont aussi prescrites par la loi à propos des chargements. Et cela va au-delà d’affaires entreposées sur le toit. Les éléments chargés dans et sur la voiture ne peuvent pas nuire à la visibilité du conducteur, constituer un danger pour le conducteur, les passagers et les autres usagers de la route, occasionner des dommages à la voie publique ou aux propriétés publiques ou privées, masquer les feux ou la plaque d’immatriculation du véhicule, tomber sur la voie publique ou encore compromettre la stabilité du véhicule.

Amende salée

Ces quelques éléments pourraient bien vous donner du fil à retordre, armé de votre mètre, la prochaine fois que vous envisagez un transport peu conventionnel. Mais ces quelques conseils pourraient aussi vous éviter de mettre la main au portefeuille : l’amende peut être comprise dans une fourchette allant de 110 à 1375 euros. On espère que le vacancier et sa licorne auront en tout cas compris la leçon.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK