Des tonnes de surplus de légumes déversés sur un champ à Brecht

Des tonnes de surplus de légumes déversés sur un champ à Brecht
Des tonnes de surplus de légumes déversés sur un champ à Brecht - © Tous droits réservés

Des tonnes de tomates, de courgettes et de poivrons sont en train de pourrir sur un champ, à Brecht, près d'Anvers. C'est un terrain entier qui est recouvert de centaines de tonnes de légumes, déversés par un agriculteur qui ne parvient plus à vendre sa production. Résultat d'un surplus suite aux conditions météorologiques favorables à la croissance de certains fruits et légumes ces dernières semaines.

Comme la production est au beau fixe, il y a une énorme surabondance de certains légumes. Les prix sont donc bas et certains producteurs décident de retirer les légumes du commerce. Une partie de ces surplus est distribuée aux banques alimentaires. Mais cette année, les excédents seraient tout simplement trop importants. Un gaspillage de légumes totalement propres à la consommation qui a interloqué un certain nombres de passants, comme le relève nos confrères de la VRT.

Et quant à la possible biométhanisation des légumes invendus, l’agriculteur assure qu’aucune installation de transformation en énergie ne veut de ses tomates. Des légumes beaucoup trop riches en eau, selon lui, pour être transformé en méthane explique le fermier qui veut rester anonyme à nos collègues du Laatste Nieuws.

Pratique presque légale

Le maire de Brecht, Luc Aerts, n'est pas satisfait de cette situation. Il a envisagé de déposer une plainte, mais au bout du compte, il ne l'a pas fait car les agriculteurs ont le droit d'utiliser les légumes comme engrais, c'est tout à fait légal. Même si l'une des conditions pour réutiliser ses matières premières dans les cultures est qu'elles doivent être incorporés immédiatement dans le sol, ce qui n'était pas le cas. Lorsqu'on lui demande si les légumes ne pouvaient pas être distribués à des personnes de façon moins restrictives, comme aux familles dans le besoin, le bourgmestre soulève une question plus large sur la gestion de nos productions agricoles: "Ce n'est pas une affaire communale. En tant que société, nous devrons nous demander comment nous gérerons la production alimentaire à l'avenir." 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK