Des scientifiques ont recréé en laboratoire les pluies de diamants de Saturne et Uranus

Cela fait plus de trente ans que l’hypothèse de "pluies de diamant" sur les noyaux des planètes Neptune et Uranus a été émise par les scientifiques. Une situation qui a été recréée en laboratoire, à l’université de Stanford, et relatée dans un article publié dans la revue scientifique Nature.

Les scientifiques sont parvenus à générer ce phénomène étonnant en recréant les conditions nécessaires, observables sur ces deux planètes géantes glacées: une pression extrêmement élevée (des milliers d'atmosphères), qui contraint le carbone des hydrocarbures (des molécules composées d'atome d'hydrogène et de carbone) à se transformer en diamant, à 10 000 km sous la surface des planètes.

Leur étude a été publiée le lundi 21 août dans le journal scientifique Nature Astronomy. Les chercheurs ont simulé l'environnement de ces planètes en créant des ondes de choc sur un tube en polystyrène, composé de carbone et d'hydrogène, comme Neptune et Uranus avec un laser optique surpuissant, et ont réussi à créer ainsi des "nanodiamants".

Sur Uranus et Neptune, les auteurs d'étude estiment que les diamants peuvent être beaucoup plus gros, "peut-être de l’équivalent de millions de carats". Les chercheurs pensent également qu'il est possible que, pendant des milliers d'années, les diamants aient chutés vers le noyau pour l'envelopper d'un manteau, soit solide, soit sous forme d'une mer d'hydrocarbure où "flottent" des îlots de diamants. Et créer un cœur de diamant, en quelque sorte...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK