Des produits désinfectants contaminés sont-ils utilisés dans des hôpitaux belges?

Des produits désinfectants contaminés dans des hôpitaux belges ?
Des produits désinfectants contaminés dans des hôpitaux belges ? - © Photo libre de droits

Anios, une entreprise française située près de Lille, a dû procéder à un rappel mondial de ses produits désinfectants, apprenait-on dans La Voix du Nord cette semaine. Une très mauvaise nouvelle pour l’entreprise, leader du marché en Europe, mais qui a pris les devants en prévenant les autorités françaises.

Sur le site de l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament), le nom des produits concernés est précisé ainsi que les potentielles conséquences de la contamination. Les risques sont d’ailleurs plutôt faibles et toucheraient uniquement les personnes "immunodéprimées".

Dangereux pour les personnes "immunodéprimées"

"Surfa’safe premium est un désinfectant largement utilisé dans le milieu médical pour la désinfection des surfaces et des dispositifs médicaux non invasifs. Opaster Anios est un désinfectant de haut niveau pour la désinfection des dispositifs médicaux invasifs notamment du matériel chirurgical […]. L’ANSM a été informée par les Laboratoires Anios de la présence de bactéries Burkholderia cepacia dans plusieurs lots de Surfa’safe premium et ses déclinaisons et de Pseudomonas oryzihabitans dans des lots d’Opaster Anios. Ces bactéries sont des germes naturellement présents dans l’environnement (dans l’eau notamment). Il s’agit de bactéries " opportunistes ", c’est-à-dire susceptibles de provoquer une infection chez des personnes immunodéprimées. Le risque d’infection pour la population générale est très faible", peut-on lire sur le site de l’agence.

Un risque faible, mais présent

Mais si le risque est faible, il est présent et, selon La Libre Belgique, la procédure de rappel n’a pas été correctement communiquée aux hôpitaux belges, voire pas du tout. Un couac dans la communication qui pourrait donc mettre en danger la santé de certains patients. Selon le quotidien, différents hôpitaux belges ont été alertés grâce à des personnes vigilantes, mais sans communication officielle. Nous avons d’ailleurs contacté plusieurs hôpitaux bruxellois et la question des produits contaminés n’est pas toujours très claire. L'un d'eux nous a transmis le document envoyé Hospithera, le fournisseur belge des produits vendus par Anios. S'il est vrai que la communication a bien eu lieu, elle a été faite par un simple envoi d'e-mail, tardivement ce vendredi soir.

Contactés, les laboratoires Anios donnent quant à eux cette réponse: 

"Nous avons informé les autorités en Belgique et sommes en train d’informer les clients qui ont reçu ces produits de notre décision de procéder à leur rappel. De plus, nous avons commencé une phase de décontamination de notre usine de Sainghin-en-Mélantois, qui a créé une suspension de notre production et de nos expéditions. Nous avons aussi mis en place de nouveaux protocoles d’hygiène pour assurer la sécurité des produits en provenance de notre usine."

Opter pour des produits alternatifs

Dans l’attente, l’ANSM demande de ne plus utiliser ces produits et d’opter pour des produits alternatifs. Les laboratoires Anios ont d’ailleurs mis un numéro de téléphone à disposition en cas de nécessité : +33 3 20 67 67 67.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK