Des plaintes déposées pour apologie du terrorisme anti-musulmans

Une plainte pour apologie du terrorisme et appel au meurtre des musulmans va être déposée par le MRAX, le mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie. Plusieurs mouvements comme la Nouvelle Voie Anticoloniale, Bruxelles Panthères ou encore le Collectif Rosa Parks ont interpellé ce vendredi après-midi le MRAX où un rassemblement était organisé.

>> A lire aussi : Carlos Crespo (MRAX) : « Il y a une certaine banalisation de la parole raciste dans les médias »

Le mouvement Nouvelle Voie Anticoloniale explique que « quelques heures après l’attentat terroriste d’extrême droite le 16 mars à Christchurch en Nouvelle-Zélande, des centaines de commentaires appelant au meurtre des musulmans ou faisant l’apologie du terrorisme ont émergé en toute impunité sur Facebook ». Les appels à la haine ou au meurtre des musulmans sur les réseaux sociaux rédigés par des internautes belges ont été compilés. Ces messages seront transmis au MRAX, afin de pouvoir présenter une plainte. Près de 400 messages racistes ont été enregistrés et une centaine de messages faisant l’apologie du terrorisme ou d’appels au meurtre des musulmans a été retenue.

On a connu la même chose au moment du procès du Musée Juif

Une autre plainte pour incitation à la haine raciale a été déposée lundi au parquet de Bruxelles par une citoyenne. Cette dame a aussi conservé des captures d’écrans des messages qui appellent à l’extermination des musulmans et où certains se félicitent de ce qui s’est passé en Nouvelle-Zélande. C’est l’avocat Dimitri de Beco qui la représente : « Elle s’est sentie extrêmement choquée par ce qu’elle a pu lire sur les réseaux sociaux. Cette dame est de la communauté musulmane, mais elle ne se sent pas visée uniquement à ce titre-là. Elle signale de tout temps des incitations à la haine à l’égard de la communauté juive. Elle a un souci universel de respect de l’autre. Ce qui moi m’a d’autant plus motivé », précise cet avocat qui par ailleurs rappelle que les messages recueillis tombent sous le coup de la loi antiracisme de 1981 (loi Moureaux) avec jusqu’à un an d’emprisonnement possible.

2 images
Des plaintes déposées pour apologie du terrorisme anti-musulmans © Tous droits réservés

Du côté d’UNIA, le centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme, on s’attendait malheureusement à ce type de réactions après l’attentat à Christchurch. Patrick Charlier est le directeur d’UNIA : " on s’attendait à ce que cet événement, presque de façon paradoxale, allait générer des propos haineux à caractère islamophobe. C’est quelque chose que nous constatons… Quand quelque chose est médiatisé sur un groupe particulier, singulièrement quand il s’agit des musulmans, il y a comme ça des messages à caractère haineux, des gens qui se félicitent, regrettant qu’il n’y en ait pas assez qui soient morts et encourageant d’autres à commettre des actes similaires. On a connu un petit peu la même chose au moment du procès du Musée Juif ou des propos à caractère antisémites ont circulé sur la toile. Des sites de la communauté juive ont été inondés de messages à caractère antisémite ".

Les messages que nous avons pu consulter ont pour la plupart été postés de façon tout à fait assumée, sans anonymat. Pour Patrick Charlier, il y a une sorte de mythe, selon lequel lorsque l’on réagit sur les réseaux sociaux ou les forums de discussion, les personnes agissent avec des pseudonymes ou des identités cachées. Une étudiante et chercheuse a travaillé sur les dossiers ouverts chez UNIA et touchant la cyber-haine. Il en résulte que 80% des messages ont été postés par des personnes avec leur propre identité et leur photo. " Une autre idée qui circule sur la toile est qu’on serait immunisé sur celle-ci et pourtant ce n’est pas le cas. Il commence à y avoir quelques dossiers judiciaires et des condamnations.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK