Des pierres tombales numériques pour un cimetière "connecté"

Des "pierres tombales numériques" pour un cimetière "connecté"
Des "pierres tombales numériques" pour un cimetière "connecté" - © ERIC LALMAND - BELGA

Dans certains cimetières au Danemark, les visiteurs peuvent désormais scanner un code inscrit sur une tombe à l'aide de leur smartphone. Ils découvrent alors la vie du défunt. Les Danois appelle cela "la pierre tombale numérique"

"Des classes d'écoliers viennent parfois visiter les églises, puis elles visitent  le cimetière. Et, s'il y a des GR codes, cela peut éveiller leur intérêt pour l'histoire cachée sous leurs pieds," explique Christian Have, responsable du cimetière de Slangerup.

Cela donne quelque chose à ses fans

La famille du musicien Hugo Rasmussen a immédiatement adhéré au projet. Il s'agit pour elle d'une façon de perpétuer la mémoire de sib aïeul. 

"Le QR code a déjà été largement utilisé. Cela donne quelque chose à ses fans, à la famille, mais aussi à ceux qui ne le connaissaient pas," témoigne la fille du musicien.  

Cette nouvelle façon de se souvenir des êtres chers s'applique pour l'instant qu'avec des célébrités. Mais pourquoi, à l'avenir, pas avec des gens ordinaires? 

Un témoignage coûteux

En Slovénie, on trouve déjà des pierres tombales avec une technologie numérique. Pas de QR code mais une tombe équipée d'un détecteur de présence. Il repère les visiteurs en face de la sépulture et les informations défilent: texte, photos, vidéos. Ces informations sont données par le défunt avant son décès. 

Etant donné que les cimetières ont besoin de silence, le son n'est accessible que via les téléphones et les ordinateurs portables. 

Prix de ce système high-tech : 3000 euros. Le prix à payer pour rester connecté jusque dans la mort.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK