Des photos d'enfants de mouvements de jeunesse ciblées par des pédophiles, selon la VRT

Des photos d’enfants de mouvements de jeunesse ciblées par des pédophiles, selon la VRT
Des photos d’enfants de mouvements de jeunesse ciblées par des pédophiles, selon la VRT - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Les photos de dizaines de mouvements de jeunesse flamands et d’associations sportives sont la cible de pédophiles. Certaines photos sont contemplées de façon excessive et suscitent des commentaires salaces, ressort-il d’un reportage de la VRT diffusé dans l’émission Pano.

Des dizaines de mouvements de jeunesse, d’associations sportives et d’écoles utilisent des plateformes internet comme Flickr pour diffuser des photos aux parents ou à leurs membres. Ces images sont généralement accessibles à tout le monde. Mais les associations ne sont souvent pas conscientes que leurs photos innocentes sont décortiquées par des pédophiles. Il s’agit à chaque fois de clichés où un enfant apparaît en sous-vêtement ou en maillot de bain. Sous ces clichés figurent souvent des commentaires cochons.

Pano révèle que ces photos sont également diffusées sur un site russe connu pour rassembler des images d’enfants abusés. "Outre une base de données de telles photos, c’est aussi un lieu de rencontre", explique Yves Goethals, chef de la cellule maltraitance d’enfants de la police fédérale. "Ils y apprennent à se connaître et s’échangent des informations afin de poursuivre leurs pratiques déviantes sur des canaux où ils sont moins facilement repérés par nos services."

"Sagesse médiatique"

Le ministre flamand en charge des Médias et de la Jeunesse, Benjamin Dalle (CD&V), a indiqué mercredi qu'il allait discuter avec les mouvements de jeunesse au sujet de la protection de la vie privée. Il plaide pour davantage de sensibilisation, mais pas forcément de règles. "Nous devons agir avec précaution quand il s'agit des réseaux sociaux et de l'usage de canaux digitaux au sein d'organisations de jeunes", indique-t-il. Il promet ainsi de chercher des solutions, avec le secteur de la jeunesse. Par le passé, des conseils avaient déjà été transmis aux organisations de jeunes via le centre de connaissances flamand "mediawijsheid" (que l'on pourrait traduire par "sagesse médiatique"), note-t-il. Les actions en la matière "doivent être renforcées". "Engageons-nous dans une meilleure information et sensibilisation des organisations et de leurs responsables", dit-il, estimant que de nouvelles règles ne sont pas nécessaires. "Cela commence d'abord par nous-mêmes : avec de bons paramètres de confidentialité, on peut déjà éviter pas mal de problèmes", assure-t-il.

Les gens qui publient les photos ne sont pas à blâmer

L'association Chirojeugd Vlaanderen a également réagi. "Tout comme les membres du reportage, nous avons été choqués par les commentaires", a déclaré son  secrétaire national Niels De Ceulaer. Selon lui, après avoir vu le reportage, la plateforme a compilé tous les conseils à appliquer pour mettre en ligne des photos de manière sécurisée. Par exemple, il est recommandé de partager les albums photos dans un groupe privé, de s'entendre clairement avec les parents et les enfants sur les photos partagées et d'être sélectif dans la publication. "Les gens qui publient des photos ne sont pas à blâmer, précise De Ceulaer. On ne peut pas l'éviter, mais on peut être un peu plus prudent."

Les Scouts et Guides de Flandre ont également rappelé cinq règles sur leur site internet, afin de limiter le risque de mauvaise utilisation des photos. "C'est encore exceptionnel que nous recevions des rapports, mais cela reste un phénomène grave. Cela peut vous arriver", avertit le porte-parole Jan Van Reusel. Il souligne que la direction des scouts, en partie à cause de la récente législation et des directives sur la réglementation internationale des données (GDPR), est déjà très consciente des dangers possibles d'Internet.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK