Des ONGs environnementales appellent la Belgique à adopter les stratégies de l’UE sur la biodiversité, l’alimentation et l’agriculture

La Commission européenne a adopté et présenté ce mercredi sa "Stratégie sur la biodiversité" et sa stratégie "de la ferme à la fourchette", des éléments du Green Deal, qui doit contribuer à une Europe plus durable à l’avenir

Le Parlement européen et le Conseil européen qui rassemble les 27 Etats membres doivent encore approuver ces deux stratégies et leurs engagements avant que celles-ci ne commencent à être appliquées.

Une coalition d’associations environnementales (Greenpeace, IEW, Natagora, Nature&Progrès, WWF) salue les mesures prises en faveur de politiques durables et appelle les parlementaires et les ministres belges à soutenir activement ces stratégies, aux niveaux fédéral et régional.

Le "Green Deal" de l’Union européenne et ses stratégies pour la biodiversité, l’alimentation et l’agriculture

La Commission européenne a donc présenté mercredi sa feuille de route en matière de biodiversité et d’alimentation et d’agriculture (“de la Ferme à la Fourchette”) d’ici à 2030. Ces deux stratégies sont des éléments clés du "Green Deal" européen.

Parmi les objectifs que la Commission européenne souhaite fixer pour 2030, il y a l’ambition de transformer au moins 30% des terres et des mers d’Europe en zones protégées, en s’appuyant sur les zones Natura 2000 existantes, de réduire l’utilisation et la toxicité des pesticides chimiques (moins 50% en volume et en toxicité) de consacrer au moins 25% des terres agricoles de l’UE à l’agriculture biologique ou encore de planter au moins 3 milliards d’arbres. Il s’agit aussi de pousser les Etats à adopter une fiscalité qui tienne compte des coûts environnementaux réels.

La stratégie "biodiversité" prévoit aussi de présenter des objectifs contraignants de restauration de la nature en 2021. "La restauration des écosystèmes naturels contribuera non seulement à résoudre la crise de la biodiversité – un million d’espèces sont menacées de disparition, mais aussi à atténuer le changement climatique et à s’y adapter", indique la coalition.

Des stratégies européennes largement soutenues par les organisations

Pour la coalition, "la Commission européenne montre qu’elle tire des enseignements de la crise sanitaire, en proposant des mesures qui peuvent transformer notre relation déséquilibrée avec la nature en une relation saine.

Et les stratégies présentées par l’Europe semblent aller dans le bon sens, pour les organisations environnementales belges. "Les deux stratégies sont susceptibles de transformer profondément les politiques communautaires en matière de nature, d’alimentation et d’agriculture, et d’inverser la tendance sur la crise de la biodiversité en cours".

Selon la coalition, les deux stratégies sont une base solide et ambitieuse pour migrer vers "une société saine pour les humains et la nature". Elles pourraient accélérer la transition vers des systèmes alimentaires et agricoles durables et équitables au sein de l’Union Européenne indique la coalition.

Elles permettraient aussi de restaurer l’équilibre entre la production alimentaire, les ressources naturelles disponibles "tout en redonnant son rôle à la nature dans notre société". De cette façon, "l’Europe espère répondre à la demande d’aliments sains, durables et abordables en tenant compte des intérêts des agriculteurs. Enfin, les deux stratégies devraient jouer un rôle important dans l’amélioration de la résilience économique et environnementale de l’Europe", ajoutent les ONGs.

Les crises actuelles doivent être une opportunité pour diminuer l’impact de notre alimentation sur le réchauffement global

"Ces stratégies pourraient faire une réelle différence et changer la trajectoire actuelle des crises de la biodiversité et du climat. La Commission européenne a présenté […] ce qui devrait être la nouvelle norme pour la planète", estime Emmanuelle Beguin, Responsable Politique Agricole chez Natagora.

Pour Sébastien Snoeck, Expert agriculture durable pour Greenpeace Belgique : "Les crises actuelles doivent être une opportunité pour diminuer l’impact de notre alimentation sur le réchauffement global, tout en faisant face à ses conséquences, dont les agriculteurs sont les premières victimes. La Commission nous invite à considérer globalement le réchauffement global et la perte de biodiversité, l’alimentation et l’agriculture. Ensemble nous trouverons des solutions”.

Elles déplorent néanmoins le manque d’ambition sur certains points, "comme la nécessaire limitation du soutien à l’élevage industriel, les faibles mesures sur la pollution de l’air et de l’eau par les nutriments ou la limitation insuffisante de l’usage des antibiotiques".

La coalition appelle la Belgique à soutenir les stratégies de l’Europe

Ces deux stratégies, si elles sont validées, guideront les politiques nationales et régionales des Etats Membres de l’Union Européenne, dont la Belgique.

La coalition appelle donc les parlementaires et les ministres belges à soutenir "activement" ces stratégies, aux niveaux fédéral et régional. "Nous appelons nos gouvernements à adopter ces nouveaux objectifs européens de façon transversale, dans le cadre des politiques agricoles, commerciales, économiques et environnementales. Et nous demandons d’adapter les politiques au regard des ambitions de transition écologique, de protection de la biodiversité et de résilience de nos systèmes alimentaires qui ressortent clairement des deux stratégies européennes."

La Belgique parera-t-elle d’une seule voix lorsqu’il s’agira de se prononcer sur ces stratégies présentées par la Commission européenne ? Les autres Etats membres et le Parlement européen donneront-ils leur feu vert à ces plans présentés dans le cadre du "Green Deal" européen ?

Au niveau des échéances, la Commission européenne invite le Parlement européen et le Conseil (l’ensemble des Etats membres) à approuver cette stratégie avant la 15e conférence des parties à la Convention sur la diversité biologique qui devait se tenir en Chine en octobre 2020 mais qui est actuellement en attente d’une reprogrammation en 2021 en raison de la pandémie de coronavirus.