Des nouveaux portiques de sécurité à Bruxelles-Midi

Des nouveaux contrôles de sécurité ont été installés dans les gares de Bruxelles-Midi, Liège-Guillemins et Anvers-Central. Les passagers qui embarquent dans des trains internationaux risquent d’être contrôlés.

Les contrôles ne seront pas systématiques. Impossible de contrôler 100% des voyageurs qui prennent le Thalys, ou d’autres trains à grande vitesse. Des agents Sécurail seront chargés de filtrer les passagers. Ils activent un boitier à chaque passage, et la machine leur indique de manière aléatoire qui doit être contrôlé.

Lutter contre le terrorisme

Les voyageurs sont ensuite dirigés vers une salle de contrôle, où sont installés des portiques de sécurité, et des scanners à Rayons X. "Cela fait partie des mesures prises dans la lutte contre le terrorisme, explique le ministre de l’Intérieur Jan Jambon. Avec ces contrôles, nous cherchons à détecter la présence d’armes, d’explosifs, ou de tout autre objet dangereux qui pourrait servir à commettre une attaque".

Le nouveau dispositif était attendu depuis près de deux ans. En août 2015, un terroriste avait attaqué un Thalys en marche avec des armes de guerre. Un attentat manqué, car l'auteur avait pu être maîtrisé par des passagers avant de faire des victimes. Mais la question de la sécurité dans les trains internationaux était posée, et un renforcement des mesures avait été promis.

Les portiques sont utilisés depuis le 14 juillet dernier. "Quelques 3000 bagages ont déjà été contrôlés, précise de ministre de la Mobilité François Bellot. Une dizaine d’entre eux se sont révélés problématiques. La police a dû intervenir, et des procès-verbaux ont été dressés. Je ne peux pas en dire plus".

Détecter les comportements suspects

Mais ce n’est pas tout. Des policiers, et des agents en civils patrouillent également dans la gare, et sur les quais, à la recherche d’individus au comportement suspect. "On a remarqué qu’une personne qui s’apprête à commettre une attaque terroriste, présente certains signes, comme de la nervosité, poursuit Jan Jambon. Il faut être capable de repérer ces signes, et de diriger les individus suspects vers la zone de contrôle".

Pour les aider, les policiers pourront aussi compter sur 400 nouvelles caméras de surveillance, à reconnaissance faciale. Les trois gares internationales belges ont été équipées, pour un montant total de 15,7 millions d’euros. Une centaine d’agents Sécurail ont été recrutés pour gérer les nouveaux dispositifs.

Attention aux retards!

La SNCB met en garde les voyageurs. Ces contrôles pourraient occasionner des files, et des retards. Il faut donc venir un peu plus tôt à la gare, pour éviter de rater son train.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK