Des lycéens inventent une fleur "connectée" pour mieux connaître les abeilles

Connaître le comportement des abeilles pendant qu'elles butinent pourrait aider les chercheurs à enrayer leur disparition
2 images
Connaître le comportement des abeilles pendant qu'elles butinent pourrait aider les chercheurs à enrayer leur disparition - © GEORGES GOBET

Une fleur aux pétales plastiques colorés qui délivre du nectar, du pollen, et informe en temps réel du passage d'une abeille... Le prototype inventé par des lycéens normands devrait permettre d'étudier le comportement des abeilles et de mieux lutter contre leur déclin.

Sous la houlette de Cyril André, leur professeur en systèmes numériques, Benjamin, Jules et Timothée, élèves de terminale au lycée Julliot de la Morandière à Granville (Manche), se sont plongés pendant un an dans la vie des abeilles pour préparer le projet qu'ils doivent présenter au bac.

"Décortiquer le terrain"

L'idée était de "décortiquer le terrain" pour permettre à Mathieu Lihoreau, chercheur au CNRS à Toulouse rencontré lors d'un précédent projet de ruche "connectée", de mieux comprendre le comportement des abeilles butineuses grâce à une fleur artificielle.

Élément clé de la préservation de la biodiversité et de la sécurité alimentaire grâce à son rôle de pollinisatrice, l'abeille peut butiner plusieurs centaines de fleurs et voler jusqu'à dix km par jour. Grâce à elle, 80% des espèces de plantes à fleurs et à fruits de la planète sont pollinisées, et 35% de nos ressources alimentaires dépendent, selon l'Inra, de la pollinisation par les abeilles.

Mais depuis plus de 15 ans, l'hyménoptère disparaît des campagnes, fragilisé notamment par les néonicotinoïdes, ces insecticides qui s'attaquent au système nerveux et désorientent les insectes. Les apiculteurs ont alerté la semaine dernière les autorités, faisant état de taux de mortalité "d'une exceptionnelle gravité" cette année.

Si les facteurs de déclin sont connus, le comportement de butinage en conditions réelles est peu documenté. "Il est peu étudié dans la nature car suivre une abeille pendant plusieurs kilomètres est très compliqué", explique Mathieu Lihoreau.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK