Après l'interdiction des drapeaux flamingants, les excuses du Pukkelpop

Les organisateurs du Pukkelpop ont tenu à s'excuser pour "les malentendus qui auraient pu naître après le retrait des drapeaux sur le site du camping du festival", ont-ils indiqué samedi après une rencontre avec le bourgmestre de Hasselt Steven Vandeput (N-VA). Le Pukkelpop entend maintenant se concentrer sur les deux derniers jours du festival de musique. "Le Pukkelpop est un festival où tout le monde est le bienvenu indépendamment de son sexe, de sa langue, de ses convictions politiques, de sa religion, de sa conception de la vie, de son handicap, de son âge, de son orientation sexuelle et de son origine ethnique", précise le festival. "L'organisation rejette toute forme de violence physique ou verbale, le harcèlement et les comportements irrespectueux envers les visiteurs du festival. La sécurité des festivaliers est une priorité pour nous."

Distribution de drapeaux flamingants par des jeunes du Vlaams Belang

Des jeunes du Vlaams Belang sont présents à l’entrée du Pukkelpop pour distribuer des drapeaux flamingants aux festivaliers. Ce vendredi, les organisateurs du Pukkelpop ont fait retirer les drapeaux flamingants, symbole du mouvement flamand, des campings du festival. Une décision qui a suscité la polémique dans les rangs des nationalistes flamands.

Sur Twitter, le député Bart Claes (VB) précise que des jeunes du Vlaams Belang ont distribué 500 drapeaux à l'entrée du festival. 

Après l'émoi causé par l'incident autour de l'activiste climatique Anuna De Wever, la présence de drapeaux flamingants dans les campings du festival a créé la polémique. Jeudi soir, l'activiste climatique et ses amies ont été importunées, puis menacées de mort par plusieurs festivaliers après avoir mené une action en faveur du climat au Pukkelpop. Une enquête interne est actuellement menée par les organisateurs du festival.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK