Des gilets jaunes veulent porter plainte au comité P pour arrestations "non-justifiées"

Des gilets jaunes veulent porter plainte au comité P pour arrestations non-justifiées
Des gilets jaunes veulent porter plainte au comité P pour arrestations non-justifiées - © THIERRY ROGE - BELGA

Des gilets jaunes demandent au comité P, la police des polices, de trancher sur l'arrestation de plusieurs centaines d'entre eux lors du rassemblement du samedi 8 décembre à Bruxelles. Ils ont été arrêtés et embarqués dans des cars manu militari par la police fédérale ; la police qui les a ensuite amenés durant plusieurs heures à la place des chevaux dans le manège des casernes d’Etterbeek. Pour eux, rien ne justifiait les arrestations et pareil traitement.


►►► 1000 gilets jaunes, 450 arrestations: revivez cette journée bruxelloise sous haute tension


Parmi les 450 personnes arrêtées administrativement ce 8 décembre, Marc-Henri Jamain. Il manifestait pacifiquement, et désormais, il collecte les plaintes pour dénoncer ce qui s’est passé. "On voit des personnes qui sont assises, brassard blanc sur le tour du bras, qui n’attendent qu’une seule chose : c’est de laisser passer les forces de l’ordre et d’arrêter les personnes qui viennent casser. Mais malheureusement, les personnes se sont fait arrêter elles-mêmes. Je pense qu’il y a 40 casseurs qui se sont fait arrêter en tout et pour tout. Donc, on parle de 1/10 des personnes qui se sont fait arrêter."

Côté policier, on évoque un rassemblement non autorisé, mais aussi des jets de projectiles, des dégradations sur des bâtiments... en clair, ce qu’on qualifie de trouble à l’ordre public. Tout cela expliquerait la décision d’y mettre fin. Quant au séjour de certains manifestants dans le manège de la police fédérale, il résulte d’un manque de place dans le bâtiment des cellulaires, le nombre de places étant limité à 350 personnes.


►►► Les arrestations administratives, c'est quoi exactement ?


Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK